Municipales 2020 : les temps forts du second tour du débat à Levallois-Perret

Rarement les municipales auront été aussi ouvertes à Levallois-Perret. Les trois candidats, Agnès Pottier-Dumas (LUD), Arnaud De Courson (LDVD) et Lies Messatfa (LDVC) ont débattu ce lundi sur France 3 Paris Ile-de-France. Voici ce qu'il faut en retenir.
© France 3

Les trois candidats encore présents à Levallois-Perret au second tour, Agnès Pottier-Dumas (LUD), Arnaud De Courson (LDVD) et Lies Messatfa (LDVC), étaient les invités de France 3 Paris Ile-de-France ce lundi 15 juin. Et l'un d'eux sera là où le successeur de Patrick Balkany, l'ancien maire emblématique de la ville, qui a renoncé à se présenter après avoir été condamné par la justice.

Mais son nom est encore sur toutes les lèvres. Alors qu'il avait encouragé Agnès Pottier-Dumas à se présenter, il l'a finalement lâchée dans l'entre-deux-tours quand elle a affirmé que lui comme son épouse "n'auraient plus aucun rôle ni au sein de la mairie, ni au sein d'aucun service ni au sein d'aucun satellite", a-t-elle confirmé ce lundi soir.

"Il y a eu une petite musique qui, pendant la campagne a commencé à se jouer où on a compris que Patrick Balkany aurait souhaité un poste à la Semarelp et Isabelle à la com. J'ai dit non et c'est cela qui les a heurté", a-t-elle ajouté.

Son rival, Arnaud De Courson, déjà opposant au couple Balkany, s'est lui exprimé sur l'invitation qu'il a reçu au domicile de ce dernier à Giverny (Oise). "Oui je suis allé à Giverny. Il a invité tous les candidats qui étaient face à Mme Pottier-Dumas, a-t-il affirmé. Il m'a expliqué les raisons pour lesquelles son équipe est profondément divisée."

"Qui va imaginer, après 20 ans d'opposition, de menaces, de procès, d'enquêtes fiscales, toutes sur dénonciation ; qui va imaginer une seconde, que je vais rencontrer le maire de Levallois pour lui taper la main ? Soyons sérieux, c'est aberrant", a-t-il poursuivi.

Sur cette invitation, aussi reçue par Lies Messatfa, il a simplement indiqué : "j'ai entendu l'invraisemblable, je suis allé le vérifier. Par ma position et par le fait que je me maintienne, je ne veux pas participer à tout cela."

► Les enjeux de ce second tour résumés en 1 minutes 30

durée de la vidéo: 01 min 30
Les enjeux du second tour des municipales à Levallois-Perret ©France 3 Paris Ile-de-France

La densité et le logement, un fort enjeu de la campagne

Est-on allé trop loin dans la construction à Levallois ? Les candidats ont eu des positions divergentes sur ce point.

"C'est une ville très dense, la ville la plus dense de France et même d'Europe je crois", a reconnu Agnès Pottier-Dumas. Selon elle, "on est passé en 10 ans de 0 m² à 12 000 m² dans le quartier de Collange" et "de 4 hectares à 44 hectares d'espaces verts entre 1983 et aujourd'hui".

Elle souhaite ainsi végétaliser les toitures, et tout d'abord sur les toits des bâtiments municipaux.

Pour Lies Messatfa, "Levallois est devenu un péage urbain entre un Paris qui se protège et la grande couronne". Il veut une "solution globale" qui passerait notamment par la création de 1000 places de parkings et de zones piétonnes.

Pour Arnaud de Courson, la ville est trop dense et les services municipaux sont pleins. Lui veut stopper toute construction. "Toutes les parcelles sont constamment vendues à des promoteurs, je pense à la rue Danton. Les pauvres habitants ont le bruit des chantiers constamment. Malheureusement, il n'y a pas de prévision d'espaces verts et encore une surdensification", a dénoncé le candidat.

Une problématique bien réelle dans cette commune où le prix de l'immobilier atteint bien souvent les 14 000 euros du m².

Résultats du premier tour

Le 15 mars dernier le taux d'abstention avait atteint les 55,21% (la moyenne nationale est de 55,34%).

© franceinfo

Sylvie Ramond (LDVD) et Philippe Coste (LRN) avaient recueilli respectivement 6,19% et 1,72% des voix.

Surprise de ce l'entre-deux tour : Arnaud de Courson et Maud Bregeon se sont alliés pour présenter une liste commune (le premier étant tête de liste et la seconde en deuxième position). À eux deux, ils réunissent 35,8% des voix, de quoi inquiéter Agnès Pottier-Dumas qui était pourtant arrivée largement en tête de ce premier tour avec 34,6% des suffrages.

Enfin Lies Messatfa a décidé de maintenir sa liste avec ses 14,24% recueillis lors du premier tour.

 Le débat à revoir ci-dessous.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections débats interactifs société