Une violente interpellation filmée à Bagneux, enquête ouverte pour "refus d'obtempérer aggravé"

Le parquet de Nanterre a ouvert une enquête suite à un "refus d'obtempérer aggravé" dans les Hauts-de-Seine. L'interpellation a été filmée et postée sur les réseaux sociaux. La garde à vue d'un homme de 33 ans a été levée ce lundi au vu de l'expertise psychiatrique.

La courte vidéo d'une dizaine de secondes est virale sur X. (Anciennement Twitter) On y voit une voiture surmontée d'un gyrophare percutant un homme noir en short et tee-shirt. Deux autres hommes - l'un en uniforme siglé police et l'autre en civil - se précipitent sur lui, alors qu'il se relève, le font chuter et l'immobilisent, visage appuyé contre le pavé. L'homme en uniforme lève le bras, comme s'il allait frapper, au moment où la vidéo s'arrête.

L'AFP a pu les géolocaliser et confirmer qu'elles avaient bien été tournées à la frontière entre les villes de Bagneux et de Fontenay-aux-Roses.

"Une vidéo choquante"

Aurélien Saintoul, député LFI/NUPES de cette circonscription des Hauts-de-Seine (Bagneux, Malakoff, Montrouge) a réagi sur les réseaux sociaux. Il s'est dit choqué par la violence de ces images.

Refus d'obtempérer aggravé

Le parquet de Nanterre a indiqué qu'"une enquête avait été ouverte samedi soir à Bagneux suite à des faits notamment de refus d'obtempérer aggravé". Elle a été confiée au commissariat de Châtenay-Malabry.

Un homme de 33 ans, connu des services de police a été placé en garde à vue, a indiqué le parquet avant d'être relâché ce lundi. Après la fin de sa garde à vue, le suspect a été conduit à l'hôpital psychiatrique dimanche. "Malgré l’expertise concluant à la nécessité de soins immédiats dans le cadre d’un péril imminent, l’hôpital n’a pas admis l’intéressé qui a été remis à sa famille", a expliqué le ministère public.

L'avocate du suspect, Me Marie-Alix Canu-Bernard, a confirmé à nos confrères que la sœur du suspect, qui est sa curatrice, l'a récupéré à l'hôpital. Me Canu-Bernard précise que son client a une épaule déboîtée et qu'il est blessé à un poignet. Le parquet fait état de "lésions superficielles". 

De son côté, la préfecture des Hauts-de-Seine affirme que l'homme qui circulait en voiture avait "refusé d'obtempérer, grillé un feu puis percuté une voiture de police". Selon elle, l'homme interpellé était "un peu agité, peu cohérent" mais n'était "pas blessé" et avait pour cette raison été présenté à un médecin. La préfecture n'a souhaité faire "aucun commentaire" sur les circonstances de l'interpellation.

Elle a également déclaré que deux policiers avaient été blessés et s'étaient vus prescrire un et sept jours d'incapacité totale de travail (ITT).

Plainte de la famille

De son côté la famille a annoncé vouloir porter plainte contre les forces de l'ordre. Mais la plainte aurait été refusée dans 3 commissariats différents, selon Marie-Alix Canu-Bernard. "Suite à la volonté manifestée par la famille de déposer plainte contre les forces de l'ordre, une enquête a été confiée (...) au Service de déontologie, de synthèse et d'évaluation (SDSE)", a précisé le parquet, ajoutant que ce service "va mener ses investigations de manière autonome pour vérifier l'existence ou non d'infractions susceptibles d'être reprochées aux forces de l'ordre".

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité