Ilan Halimi : retour sur le déroulé de l'affaire

Publié le Mis à jour le
Écrit par Danièle Cossettini/Pierre-Olivier Chaput
© HORACIO VILLALOBOS/EPA/MaxPPP

L'enlèvement, la torture et le meurtre d'Ilan Halimi en 2006 ont été le point de départ d'une longue série d'enquêtes et de procédures judiciaires. Pour comprendre le déroulé des évènements, suivez notre chronologie interactive...


En janvier 2006, Ilan Halimi, un jeune juif de 23 ans qui travaille comme vendeur dans un magasin de téléphonie à Paris est enlevé à Sceaux (Hauts de Seine) après un rendez-vous avec une jeune fille qui a servi d’appât.
Il sera retrouvé vingt-quatre jours plus tard, le 13 février, agonisant près de la gare de Sainte-Geneviève-des-Bois (Essonne). Il est nu, bâillonné, menotté, avec des traces de tortures et de brulures.
Incapable de parler, il décèdera durant son trajet en direction de l’hôpital.

Une affaire qui prend des proportions internationales

Dans la semaine qui suit, des portraits robots sont diffusés et une quinzaine de personnes sont placées en garde à vue. Youssouf Fofana, le leader du gang, est arrêté dans un hôtel à Abidjan. Il est incarcéré dans la capitale ivoirienne et mis en examen pour «assassinat». Il sera extradé vers la France quelques jours plus tard.

Une trentaine de suspects condamnés

Fin février, une jeune femme de 17 ans est mise en examen pour «complicité» et «association de malfaiteurs». Alors connue sous le surnom de Yalta, elle est suspectée d'avoir attiré Ilan Halimi vers le lieu de son enlèvement. 
Au total, 27 personnes comparaîtront lors du procès qui se déroulera à huis clos. 
Youssouf Fofana qui aura assumé son geste et incessament provoqué pendant tout le processus judiciaire est condamné à la peine maximale : il écope de la réclusion à perpétuité avec 22 ans de sureté.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.