Info France 3 - Régionales 2021 : En Île-de-France Valérie Pécresse favorite selon notre sondage

62% des Franciliens jugent "bon" voire "excellent" le bilan de la majorité sortante. Au second tour, la liste de Valérie Pécresse est donnée favorite et en tête dans les intentions de vote dans tous les cas de figure.

La présidente de la région Île-de-France Valérie Pécresse. Ludovic MARIN / AFP
La présidente de la région Île-de-France Valérie Pécresse. Ludovic MARIN / AFP

L’idée d’un deuxième mandat de Valérie Pécresse séduit une majorité de Franciliens qui se disent prêts à voter pour elle. La Présidente sortante est donnée favorite de l'élection et en tête des intentions de vote des prochaines élections régionales prévues les 20 et 27 juin.

Selon un sondage Ipsos Sopra-Steria pour France Télévisions et Radio France, publié le 3 mai, sa liste arrive en tête des intentions de vote quel que soit le scénario au second tour. 55% des personnes interrogées jugent en effet "bon" le bilan de la majorité sortante, certains (7%) l'estiment même "excellent". Pour 38% des sondés il est "médiocre ou mauvais".

En tête au second tour face à la gauche et au RN

Lors de l’annonce de sa candidature, le 28 avril, la présidente sortante a déclaré qu’elle n’envisageait pas d’alliance au second tour. Ainsi dans l'hypothèse d'une quadrangulaire le 27 juin, Valérie Pécresse l'emporterait à chaque fois, dans les trois configurations testées. Face à une gauche rassemblée derrière l'écologiste Julien Bayou ou la candidate de LFI, Clémentine Autain, emportant avec eux 29% des suffrages, l'élue régionale récolterait 35% des voix. La liste de Jordan Bardella, soutenue par le RN, arriverait troisième avec 21%. Quant à Laurent Saint-Martin, candidat La République en Marche, il serait dernier avec 15%. 

Une liste conduite par Audrey Pulvar confèrerait un point de plus (30%) à la gauche, ainsi qu'à Valérie Pécresse (36%). LREM et le RN perdraient chacun un point avec respectivement 14% et 20%. 

Personnes certaines d'aller voter n'ayant pas exprimé d'intention de vote : 10% (pour une liste conduite par C. Autain); 12% (pour une liste conduite par J. Bayou)

Dans l'hypothèse d'une triangulaire au second tour, la liste de Valérie Pécresse soutenue par Les Républicains, l'UDI et son mouvement Libres ! rassemblerait 45% des suffrages. Une liste de gauche conduite par Audrey Pulvar ou l'écologiste Julien Bayou récolterait 34% des votes. La liste de Jordan Bardella arriverait dernière avec 21% des voix.

Une liste conduite par Clémentine Autain ferait perdre un point à la gauche (33%). La liste de la majorité sortante remporterait dans ce cas 46% des suffrages. Jordan Bardella resterait stable avec 21% des votes. 

Personnes certaines d'aller voter n'ayant pas exprimé d'intention de vote : 14% (pour une liste conduite par A. Pulvar); 15% (pour une liste conduite par J. Bayou)

A gauche, Julien Bayou crée un petit écart au premier tour

Au premier tour, les principales listes de gauche sont au coude à coude. Les écologistes menés par la liste de Julien Bayou prennent néanmoins une légère avance avec 13% des intentions de vote. Le parti présidentiel mené par Laurent Saint-Martin (LREM et l’UDI) récolterait 11%.

La liste d’Audrey Pulvar, soutenue par le Parti socialiste, tout comme celle portée par Clémentine Autain, soutenue par La France Insoumise et le Parti communiste, remporteraient 10% chacune. Valérie Pécresse arriverait quant à elle largement en tête au premier tour avec 32% des voix, suivi par Jordan Bardella (RN) avec 19%.

Personnes certaines d'aller voter n'ayant pas exprimé d'intention de vote : 8% 

La délinquance, principale préoccupation avant la pandémie

Interrogés sur les principales préoccupations, 44% des sondés ont répondu la délinquance. Une thématique choisie notamment par ceux qui ont l’intention de voter pour le Rassemblement National (66%) et pour Valérie Pécresse (59%). L’épidémie de la Covid-19 arrive en deuxième position (32%), de manière homogène entre les différentes listes.

Suivent l’immigration (29%) et le terrorisme (28%), surtout auprès des possibles électeurs de droite. A noter que le sondage a été réalisé trois jours après l’assassinat de Stéphanie Montfermé, la fonctionnaire de police tuée le 23 avril dans le commissariat de Rambouillet.

Pour les Franciliens indiquant vouloir voter pour les listes de gauche, les logements (une préoccupation pour 38% des électeurs déclarant avoir l'intention de voter pour la liste menée par Audrey Pulvar), les inégalités sociales (40% de ceux ayant comme intention de vote la liste de Clémentine Autain) et l’environnement (pour 48% des potentiels électeurs de Julien Bayou) sont jugés davantage importants.

Bien qu’elle se dise "une écologiste des solutions", l’environnement ne paraît préoccuper que 11% des Franciliens ayant l’intention de voter pour Valérie Pécresse. Enfin les transports, prérogative de la Région, n’arrivent qu’en onzième position.

Un choix plutôt arrêté

La majorité des Franciliens interrogés semblent avoir arrêté leur choix quant au candidat qu’ils choisiront au premier tour. 75% des sondés affirment vouloir voter pour le candidat du Rassemblement National, Jordan Bardella, 59% pour la liste conduite par Laurent Saint-Martin (LREM), 56% pour Clémentine Autain (LFI et PCF), 54% pour Valérie Pécresse (Libres!, LR et UDI). En revanche 76% des personnes ayant exprimées une intention de vote en faveur d’Audrey Pulvar (PS) affirment pouvoir "encore changer" d'avis, 57% pour Julien Bayou (EELV et Génération.s).

La participation à surveiller

Enfin, à la question "Avez-vous le sentiment que si vous allez voter dans les conditions habituelles lors des élections régionales de juin prochain, vous prendrez pour votre santé et pour la santé des autres un risque...", 64% ont estimé que le risque était "faible", contre 27% qui pensent que "le risque est important", 9% le jugent "très important". Pour rappel en 2015, 54,46 % des électeurs s’étaient rendus aux urnes en Île-de-France.

 

Cette enquête Ipsos Sopra-Steria pour France Télévisions et Radio France a été réalisée par Internet du 26 au 27 avril 2021, sur un échantillon de 1 000 personnes inscrites sur les listes électorales d’Île-de-France, représentatif des habitants de la région âgés de 18 ans et plus.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections régionales 2021 politique élections