870 millions d'euros pour le RER A

Le STIF valide un budget de 870 millions d'euros pour améliorer le quotidien des voyageurs franciliens

870 millions d’euros, c'est la somme consacrée par le STIF, le syndicat des transports en Ile de France pour améliorer le RER A.

La ligne A est la plus fréquentée d'Europe avec un million de voyageurs par jour et connaît régulièrement des dysfonctionnements en raison de la vétusté des infrastructures.

A quoi va servir cet argent ?

Le document acte 630 millions d'euros d'investissements pour l'infrastructure et 240 millions pour les trains, avec des horizons de mise en oeuvre allant de 2017 à 2022.

Le document pour l'avenir du RER A a été adopté mercredi pour le conseil d'administration du Stif, l'autorité organisatrice des transports en Ile-de-France.

Ce schéma directeur aborde les points à améliorer pour cette ligne saturée, véritable épine dorsale est-ouest du réseau, longue d'environ 110 km, ponctués de 46 gares.

Ouverte 20h sur 24, elle est très complexe à faire fonctionner, en raison d'une exploitation dans Paris par la RATP et en dehors par la SNCF, le tout sur des infrastructures gérées par RFF.

Il a été adopté par une large majorité des 29 élus siégeant au Stif, moins 5 abstentions UMP et centristes, dont Valérie Pécresse, chef de file de l'opposition UMP au conseil régional. En revanche, les trois élus des départements UMP (Yvelines, Hauts-de-Seine et Val d'Oise) ont voté pour.

Sont abordés les enjeux majeurs de cette ligne, dont la moindre perturbation se répercute sur des milliers de voyageurs et tout le réseau, notamment l'amélioration du fonctionnement de la ligne.

"A terme, la création d'un centre de commandement unique RFF, SNCF et RATP est envisagé", rappelle le Stif dans un communiqué. Avant cela, un dispositif de pilotage automatique sur le tronçon central sera mis en place, afin de rendre la vitesse des trains plus homogène et donc de fluidifier le trafic, sur cette ligne où passe un train toutes les 3-4 minutes.

  Le Stif demande aussi à la RATP et à la SNCF d'aller de l'avant pour réussir la suppression de la relève des conducteurs à Nanterre préfecture (point de relais entre les deux opérateurs) afin d'améliorer "la régularité de la ligne".

De plus, le renouvellement du matériel se poursuit, avec l'arrivée depuis décembre dernier des nouvelles rames "MI09", qui peuvent accueillir 2.600 voyageurs contre 1.684 actuellement. 60 rames doivent être livrées d'ici 2014, puis 70 autres entre 2014 et 2017.