Les colonies de vacances menacées

Publié le Mis à jour le
Écrit par Valentine Ponsy/AFP

La loi prévoyant de changer le statut des animateurs volontaires pourrait faire augmenter le coût des séjours.

L'Etat veut offrir un nouveau cadre juridique aux 500.000 animateurs volontaires qui travaillent l'été pour accompagner les enfants. Conséquence directe : les tarifs des séjours seraient alors revus à la hausse rendant ainsi les vacances inaccessibles au plus grand nombre. 

Voir ci-contre le reportage de Maud de Bohan, Josiane Szymanski et Mohammed Chekkoumy.

Et si c'était la fin des colonies de vacances... Une cinquantaine d'associations organisatrices de séjours s'inquiètent des conséquences d'un arrêt de la Cour de justice de l'UE, qui remet en cause le "contrat d'engagement éducatif", statut dérogatoire proposé depuis 2006 aux moniteurs et directeurs de colonies et centres de loisirs. La Cour a jugé ce contrat non conforme car il ne prévoit pas de "période minimale de repos journalier" ni temps de repos compensateur.

Ni tavailleurs salariés à part entière, ni travailleurs bénévoles, les associations veulent faire reconnaître le statut particulier des animateurs volontaires plutôt que de faire évoluer un statut inadapté.

Le ministre de la Jeunesse Luc Chatel a annoncé mercredi la mise en place d'un groupe de travail pour plancher sur ce sujet à la rentrée.

7 millions d’enfants, d’adolescents et de personnes en situation de handicap partent chaque année en colonies, en mini-camps,  en séjours adaptés ou en centres de loisirs.

3 millions d’enfants ne partent pas en vacances . 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité