Cet article date de plus de 4 ans

Un jeune adepte d'acrobaties entre rames de métro est mort le soir du Nouvel An

Un jeune Britannique, fan de l'exécution de figures acrobatiques en se servant du mobilier urbain, notamment entre les rames de métro, est mort le soir du 31 décembre dans une station du métro parisien.
Les adeptes de l'exercice, très tendance et souvent très dangereux, le nomment le "parkour". Il consiste à se servir du mobilier urbain pour réaliser des figures acrobatiques, souvent périlleuses, constituant en tout cas des défis.

Dans un communiqué, la RATP détaille : "Le 31 décembre à 23 heures 20 le conducteur de la rame à quai à Daumesnil (Ligne 6) est interpellé par un jeune lui indiquant qu'une des personnes de son groupe est blessée à la tête et a besoin de secours. Les premiers éléments fournis par des témoins à la RATP, et que l'enquête devra éclaircir, indiquent que la victime se trouvait entre deux voitures de la rame pour une raison inconnue".
Pour la police, le jeune homme "tentait de monter sur le toit du métro lorsqu'il est tombé. Il souffrait d'un traumatisme crânien". La victime a été prise en charge par le Samu et les pompiers sur place, avant d'être évacuée vers l'hôpital aux alentours de minuit.

La RATP indique que la victime faisait partie d'un groupe adepte du "trainsurfing", qui avait déjà été repéré début décembre sur la ligne 6. La RATP avait alors, comme dans chaque cas semblable, déposé plainte. (Le "trainsurfing" consiste à tenter de monter sur un train à l'arrêt, pour tenter ensuite de tenir agrippé, alors qu'il est en marche, jusqu'à la station suivante.). Les amis pratiquants de l'exercice de la victime contestent le fait qu'il ait été en train de grimper sur une rame.

Une enquête est en cours pour déterminer les circonstances exactes de l'accident.


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers transports en commun transports ratp économie