Cet article date de plus de 6 ans

Laïcité dans les cantines scolaires... Yves Jégo opte pour le menu végétarien

Yves Jégo veut rendre obligatoire un menu végétarien dans les cantines scolaires. Le député UDI de Seine-et-Marne a annoncé le dépôt d'une proposition de loi destinée à rendre obligatoire ce menu "en alternative du menu quotidien". Il est l'invité du 12/13.

Yves Jégo, veut rendre obligatoire la présence d'un menu végétarien à la cantine. Le parlementaire de Seine-et-Marne peut s'appuyer sur une pétition qui a réuni en moins de deux semaines plus de 100.000 signataires désireux de "permettre à ceux qui ne veulent pas de viande ou de poisson, quelle qu'en soit la raison" - pas forcément religieuse - "de se nourrir de façon équilibrée". Yves Jégo a annoncé que le menu végétarien alternatif serait proposé dès le 1er octobre dans les cantines de la ville de Seine-et-Marne dont il est le maire, Montereau-Fault-Yonne.

De nombreux soutiens

Yves Jégo n’est pas le premier à défendre la solution du menu végétarien. Elle a été proposée dans une tribune publiée dans Le Monde en mars dernier. Les journalistes Aymeric Caron et Franz-Olivier Giesbert et le moine bouddhiste et écrivain Matthieu Ricard faisaient partie des signataires du texte. «L’alternative n’enlève rien aux non-végétariens, tandis que le menu unique ôte à ceux qui ne mangent pas de viande, ou qui refusent le porc, le droit d’avoir un repas équilibré, qu’ils ont payé comme les autres», expliquaient les signataires de la tribune.

L'Observatoire de la laïcité dépendant de Matignon, rappelle que la restauration scolaire constitue un "service public facultatif", et "aucune obligation ne contraint la commune en matière de menus".

Qu'est-ce qu'un menu "laïque" ?

Partisans comme adversaires de l'offre de choix dans la restauration scolaire s'affrontent régulièrement depuis une dizaine d'années. Pour cette rentrée 2015, les élèves de Chalon-sur-Saône, en Saône-et-Loire, n'auront plus de choix dans les cantines de la ville. Le maire Gilles Platret (Les Républicains) a mis un terme au menu de substitution proposé depuis plus de 30 ans dès lors qu'un plat contenant du porc - viande impure pour les musulmans comme pour les juifs - était servi. Des décisions similaires ont été prises à Arveyres​, en Gironde, en 2013, puis à Sargé-lès-Le-Mans, dans la Sarthe, l'an dernier. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société l'invité du jt à l'antenne vos rendez-vous gastronomie sorties et loisirs éducation