Cet article date de plus de 4 ans

Le Bénin demande la restitution d'oeuvres d'art pillées par la France lors de la colonisation.

Des Trônes, des bas-reliefs, des bijoux et des masques ou des statuettes. Voici quelques exemples d'oeuvres d'art béninoises volées au Royaume du Dahomet, le Bénin aujourd'hui, par la France au cours de la colonisation. Beaucoup sont exposées au Musée du Quai Branly. Le Bénin souhaite les récupérer.
 Le musée du Quai Branly
Le musée du Quai Branly

© DR


La statue du roi Guézo, les récades royales, le trône de Glélé, les portes sacrées de son  palais...Ces oeuvres d'art ont été pilléees par la France lors de la colonisation de l'actuel Bénin de 1894 à 1958. Elles se trouvent aujourd’hui, en grande partie, au Musée du quai Branly, avec plus de  5000 objets béninois ou dissiminées dans des collections privées.
Le 27 juillet dernier, le Bénin a annoncé avoir fait une demande officielle auprès du Quai d'Orsay pour récupérer les biens mal acquis. Le Bénin s'appuie sur les conventions de l'Unesco qui ont déjà permis certaines restitutions comme le sceau du dey d'Alger, volée par l'armée coloniale française en 1830 et qui fut restitué à l'Algérie en 2003. Contacté le Ministère de la Culture affirme attendre la demande officielle de restitution. Les négociations sont généralement longues. Les musées traînent bien souvent des pieds arguant que les musées africains ne sont pas aux normes de conservation des oeuvres d'art.
Aujourd'hui on estime que 90% des oeuvres d'art africaines se trouvent hors du continent africain.

Statue du roi Glélé, mi homme mi animal
Statue du roi Glélé, mi homme mi animal © DR



Voir notre reportage de Didier Morel et Mélissa Genevois
durée de la vidéo: 02 min 05
Demande de restitution des oeuvres d'art béninoises





Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture justice société