Les librairies et les disquaires sont désormais des "commerces essentiels"

C’est officiel, selon un décret publié hier vendredi 26 février, les librairies et les disquaires sont considérés comme des "commerces essentiels" et pourront rester ouverts en cas de reconfinement.

La librairie Nordest à Paris
La librairie Nordest à Paris © Jan Schmidt-Whitley/Le Pictorium/MAXPPP

"Je suis vraiment très, très contente pour mes collègues libraires" s’est réjoui Anne Martelle, la présidente du Syndicat de la librairie française au micro de France-Info

Totalement fermés lors du premier confinement, les librairies et les disquaires avaient été autorisés à vendre sur leur seuil des ouvrages réservés par les clients en "click and collect". Mais ces "commerces non essentiels" ne pouvaient pas recevoir du public lors du précédent confinement. Dorénavant, ils ne subiront plus d'éventuelles fermetures à l'instar des magasins d'alimentation ou des pharmacies.

Cette décision était nécessaire "à deux titres", a expliqué la présidente du Syndicat de la librairie : "économiquement, la librairie, c'est le commerce le moins rentable de France. Donc, c'est un commerce extrêmement fragile et la moindre perturbation peut engendrer une faillite". Et de poursuivre : "en librairie, vous avez accès à la connaissance, vous avez accès au savoir", a expliqué Anne Martelle.

La ministre de la Culture Roselyne Bachelot s'est également "félicitée" de la décision du gouvernement. "Les librairies sont des commerces essentiels. Cela n'a jamais fait aucun doute. Lors du deuxième confinement, la possibilité du cliqué-emporté et la gratuité des frais d'expédition des livres offerte aux libraires ont permis de maintenir leur activité", a-t-elle indiqué à l'AFP.

"Laissez nos librairies ouvertes pour que le confinement social ne soit pas aussi un isolement culturel"

L'obligation de baisser le rideau avait été unanimement dénoncée par les librairies, écrivains et éditeurs. Le Syndicat national de l'édition (SNE), le Syndicat de la librairie française (SLF) et le Conseil permanent des écrivains (CPE) avaient lancé un appel au gouvernement, leur demandant l'autorisation de rester ouvert pendant le reconfinement à l'automne dernier.

Les librairies pourront ouvrir les samedis et dimanches entre 6 heures et 18 heures précise le décret qui intervient dans un contexte de reprise de l'épidémie liée au Covid-19 et alors que le gouvernement réfléchit à d'éventuelle nouvelles restrictions dans vingt départements couvrant Paris, Lyon et Marseille.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture livres musique économie covid-19 société