Municipales 2020 : la proposition de déménager la Gare de l'Est de Griveaux jugée "totalement irréaliste" par Pécresse

La présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse a jugé lundi "totalement irréaliste" la proposition du candidat LREM aux municipales à Paris Benjamin Griveaux de déménager la Gare de l'Est, notamment en raison de son coût.

Le candidat LREM Benjamin Griveaux veut déménager la Gare de l'Est car il estime qu'elle ne sera pas capable d'absorber le flux de voyageurs à l'avenir.
Le candidat LREM Benjamin Griveaux veut déménager la Gare de l'Est car il estime qu'elle ne sera pas capable d'absorber le flux de voyageurs à l'avenir. © Philippe LOPEZ / AFP
"Ce projet n'est ni nécessaire, ni souhaitable", a réagi sur LCI Mme Pécresse, par ailleurs présidente d'Ile-de-France Mobilités. Côté coût, le chiffre de 1,5 milliard d'euros avancé par le candidat est "totalement fantaisiste", a-t-elle souligné, l'estimant plutôt à "au moins une dizaine de milliards".

Benjamin Griveaux a proposé dans le Journal du Dimanche (Abonnnés) de déménager la Gare de l'Est aux portes de la capitale ou en banlieue, par exemple Porte de la Villette, libérant ainsi 30 hectares pour créer un "Central Park parisien". Selon la présidente de la région, cela induirait en outre "une période de travaux ingérable", pendant "20 ans", avec la coupure de "la circulation sur les rails de la Gare de l'Est pendant des années", a-t-elle ajouté en ironisant sur "le moratoire sur les travaux dans Paris" que M. Griveaux défend aussi.

Mais "c'est surtout une preuve de mépris donnée à tous les Seine-et-Marnais, les habitants de l'Est de l'Ile-de-France", qui doivent continuer à pouvoir "arriver dans Paris" centre.
 

Mieux vaut "couvrir une partie du périphérique"

Si l'idée de créer "un poumon vert" dans Paris est "un but respectable", et si Benjamin Griveaux "a 10 milliards d'euros à investir", mieux vaut selon Mme Pécresse "couvrir une partie du périphérique, couvrir les voies ferrées dans Paris et planter des espaces verts" dessus. Le candidat EELV à la mairie de Paris David Belliard a de son côté dénoncé "un projet pharaonique", "trop cher", qui "ne répond pas à l'urgence climatique". "C'est un projet d'un autre temps", a-t-il estimé sur Public Sénat, en appelant à "revenir à une ville à taille humaine", en évoquant son projet de remettre au jour la rivière Bièvre enterrée sous les rues de Paris, un projet réalisable "pendant ce mandat" et pour "50 millions d'euros".

Quelques heures avant, le candidat LREM dissident Cédric Villani avait fait sa propre proposition auprès de l'AFP : déplacer le trafic des Eurostar et Thalys, qui desservent notamment Londres et Bruxelles, de la Gare du Nord à Saint-Denis.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections la république en marche transports en commun économie transports