13-Novembre : petit glossaire des mots du terrorisme

Les mots du 13 novembre

Depuis le 13-Novembre et les attentats de Paris, des mots sont apparus ou réapparus notre vocabulaire. Terrorisme, djihad, mécréants... Les médias et les politiques ont rapidement adoptés certains termes... Mais quelle est leur histoire et leur signification ? Réponse avec le linguiste Alain Rey.

Par Christian Meyze

Les mots sont toujours liés à leur époque et surtout à la façon dont on les emploie. De leur usage découle leur sens précis, à une époque donnée. Alain Rey, dont le savoir des mots est inépuisable, vient de publier une nouvelle édition de son "Dictionnaire historique de la langue française". Le linguiste nous emmène dans l'histoire de quelques uns des mots du terrorisme, à commencer par le "djihad" et le "djihadisme". 

#1 Le "djihad"

Premier mot : l'"avatar du djihad" selon les mots d'Alain Rey. Souvent associé à la violence religieuse, le linguiste souligne que l'idée existe en fait dans les trois grands courants monothéistes : la religion chrétienne, l'islam, et le judaïsme. 
"Djihad" : les mots du terrorisme par Alain Rey

#2 Le "terrorisme"

L'histoire du mot "terrorisme" est aussi paradoxale. Né en référence au régime de la Terreur de 1993, le terme n'existait pas avant la Révolution française de 1789. Le mot était donc à l'origine associé à une violence d'Etat, et non pas à des actions révolutionnaires ou insurrectionnelles provenant de petits groupes violents.
"Terroristes" : les mots du terrorisme par Alain Rey

#3 Le "fondamentalisme"

A l'origine de "fondamentalisme", le mot "fondamental". Souvent lié à une forme d'extrémisme, de recherche des fondements d'une religion. Toutefois, la définition n'est pas forcement liée à la violence si l'on écoute Alain Rey.
Alain Rey, le glossaire du terrorisme : "Fondamentalisme"

#4 Les "Fiches S"

Quid des fameuses "fiches S" ? Les "fichés S", fréquemment cités dans les médias, désignent certes pour partie des personnes surveillées pour des questions liées au terrorisme. Mais le linguiste tient à rappeler que surveillance ne rime pas avec suspicion : "si on sévissait contre ces fichés S, ce serait un déni de justice absolu. Il y aurait 80% à 90% d'innocents".
Alain Rey, le glossaire du terrorisme : "Fiches S"

#5 Les "mécréants"

Dans le discours actuel, les "mécréants" désignent les personnes qui ne croient pas à l'islam. Pourtant si on remonte à l'étymologie, le mot désigne les gens qui "croient mal" dans les cultures monothéistes, et non pas les athées, les non-croyants...
Alain Rey, le glossaire du terrorisme : "Mécréants"

Mécréants, djihadisme... les concepts existent souvent dans les différentes religions, et donc pas uniquement l'islam. Le mots liés aujourd'hui au terrorisme, comme "terroristes" ou "fondamentalistes", ont en fait été "colorés" par l'actualité. Les attentats meurtriers récents, dont le 13-Novembre, ont donc eu une véritable influence sur le sens donné à ce glossaire de la terreur religieuse.

Sur le même sujet

Les + Lus