14-Juillet : 65 interpellations en région parisienne, en forte baisse par rapport à 2022

La nuit a été relativement calme en région parisienne avec 65 interpellations, soit une baisse de "78% par rapport au 13 juillet 2022", a indiqué la préfecture de police de Paris.

Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a salué une "baisse des dégradations" dans la nuit de jeudi à vendredi, première soirée des festivités du 14-Juillet, qui se déroulent cette année sous haute surveillance après les récentes émeutes.

"Les fêtes populaires ont pu se dérouler normalement partout en France et nous constatons une baisse des dégradations par rapport à 2022", a tweeté Gérald Darmanin, en saluant "l'engagement" des forces de l'ordre.

La nuit a été dans "l'ensemble relativement calme pour un 13 juillet", a également indiqué le ministère de l'Intérieur.

218 véhicules incendiés en France

Selon un bilan provisoire établi à 7h, il y a eu 218 véhicules incendiés, contre 326 en 2022, soit une "baisse de 33%", a-t-on ajouté place Beauvau.

Au total, 97 personnes ont été interpellées, et 3 policiers blessés contre 34 en 2022.

Les autorités ont également recensé "23 usages d'artifices contre les forces de l'ordre". Il y en avait eu 180 l'an dernier.

Un total de 2 313 mortiers d'artifice ont été saisis dans la nuit et 19 personnes interpellées dans ce cadre, a encore indiqué la Place Beauvau.

Selon une source policière, près de 1 200 mortiers d'artifice ont été notamment saisis dans un magasin de Juvisy-sur-Orge (Essonne). Le gérant du commerce a été placé en garde à vue, a ajouté cette source.

À Paris et en proche banlieue, il y a eu 65 interpellations, soit une baisse de "78% par rapport au 13 juillet 2022", a indiqué la préfecture de police de Paris.

Il y a eu "83 incendies de biens" sur cette zone, une baisse de 53% par rapport à l'an dernier, a ajouté la préfecture de police.

Environ 45 000 policiers et gendarmes, dont, pour la première fois un 14-Juillet, des unités d'élite (Raid, GIGN et BRI), étaient mobilisés dans la nuit de jeudi à vendredi.

Ce dispositif déployé après les violences consécutives à la mort de Nahel, 17 ans, tué par le tir d'un policier lors d'un contrôle routier à Nanterre le 27 juin, doit être à nouveau reconduit pour la nuit de vendredi à samedi.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Paris Ile-de-France
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité