Agression du jeune Yuriy : quatre adolescents jugés ce mardi, dont deux pour tentative de meurtre

Le procès dans l'affaire de l'agression du jeune Yuriy en 2021, s'ouvre ce mardi. Quatre adolescents comparaissent à huis clos jusqu'à jeudi devant le tribunal pour enfants à Paris.

Âgés de 14 et 15 ans au moment des faits, les quatre adolescents soupçonnés d'être responsables des coups violents assenés en 2021 au jeune Yuriy, sont arrivés ce mardi vers 9 heures au tribunal avec leurs proches et leurs avocats. Ils sont jugés jusqu'à jeudi.

Déferlement de violence

Dans la soirée du 15 janvier 2021, Yuriy un collégien né en Ukraine qui s'apprêtait à fêter ses 15 ans, a été roué de coups sur la dalle de Beaugrenelle dans le XVe arrondissement de Paris. Les images qui ont circulé sur les réseaux sociaux montraient une dizaine de jeunes s'acharner à coups de pied, de béquilles et de massettes sur Yuriy, alors au sol, avant de l'abandonner sur la dalle.

L'agression, qui a duré plusieurs minutes, a été stoppée par les cris d'un homme à sa fenêtre. Yuriy a ensuite été transporté à l'hôpital dans un état grave, son pronostic vital était engagé.

Une vidéo virale

La vidéo de son agression devenue virale a suscité le vif émoi de célébrités comme l'acteur Omar Sy et le footballeur Antoine Griezmann, et jusqu'au plus haut sommet de l'Etat. 

Selon les investigations, le déchaînement de violences dont a été victime Yuriy serait "un acte de vengeance" en réponse à l'agression d'un autre jeune lors d'une précédente rixe cinq jours plus tôt, dans le cadre d'un affrontement entre deux bandes rivales.

Deux jeunes sont soupçonnés de tentative de meurtre

Parmi les quatre jeunes jugés jusqu'à jeudi, deux sont soupçonnés de tentative de meurtre, un troisième de complicité et un quatrième de participation à une association de malfaiteurs, selon l'AFP.

"On va demander à ce qu'il ne soit pas condamné parce que tout ce qu'on lui reproche à lui c'est d'être présent", a déclaré l'avocat du jeune jugé pour complicité de tentative de meurtre, Me Dylan Slama. "Il n'est pas contesté qu'il n'a pas donné de coups (...) et malgré cela on veut le condamner parce qu'il a été présent, comme si cela suffisait à démontrer une quelconque co-action, cela me paraît assez artificiel comme démonstration", a-t-il ajouté.

Dans cette affaire qui a braqué les projecteurs sur les rivalités entre bandes, treize jeunes garçons au total ont été renvoyés devant la justice pour répondre de l'agression du collégien. Les neuf autres, âgés de plus de 16 ans au moment des faits, sont renvoyés devant la cour d'assises des mineurs de Paris : leur procès est prévu du 4 au 22 décembre 2023, selon des sources proches du dossier.

Source AFP