Avec l’exposition "Entre Ombre et Lumière", C215 rend hommage aux compagnons de la Libération

Publié le
Écrit par Pierre de Baudouin

Du 7 février jusqu’au 8 mai, l’artiste Christian Guémy, alias C215, expose une série de portraits au musée de l’ordre de la Libération et dans le quartier des Invalides, à Paris. Une manière de transmettre les valeurs des représentants de "l’Armée des ombres".

Les œuvres créées par le street artiste sont à découvrir à l’intérieur mais aussi à l’extérieur du musée. A partir du lundi 7 février, C215 expose Entre Ombre et Lumière. Portraits de Compagnons de la Libération au sein de l’hôtel national des Invalides. Depuis son atelier situé à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne), Christian Guémy a créé plus d’une quarantaine de peintures, essentiellement au pochoir.

Poste radio, appareil photo, journaux, cartes anciennes… Au sein du musée de l’ordre de la Libération, les portraits sont intégrés à des objets du quotidien des années de guerre. "Il n’y a pas de profil type du compagnon de la Libération, explique C215. Certes, il n’y a que six femmes pour plusieurs milliers d’hommes : c’est un ordre militaire, et l’armée était essentiellement constituée d’hommes à l’époque. Mais les parcours sont très variés. Il y a des figures de l’outre-mer comme Félix Éboué, un résistant de la première heure. Il y a des jeunes gens qui se sont engagés pour sauver des juifs, certains qui ont participé à la Libération de Paris, d’autres qui ont participé au débarquement… L’expo cherche à refléter cette diversité."

"J’ai fait cette exposition avec mes tripes, pour témoigner de mon admiration"

"Beaucoup de ces compagnons y ont laissé leur vie, raconte l’artiste. Ça me semble important de faire ce rappel, surtout dans une période que je trouve très individualiste. Aujourd’hui, une minorité de personnes prend sur elle pour faire en sorte qu’on aille mieux tous ensemble. Les compagnons de la Libération se sont engagés avec une lucidité précoce. Il y a un contraste total avec certaines personnes qui aujourd’hui, dans le contexte de la crise sanitaire et de la campagne de vaccination par exemple, se disent résistantes, alors qu'elles mettent en danger les autres. C’est une inversion des valeurs."

Créé en 1940 par le général de Gaulle, l’ordre de la Libération vise à "récompenser les personnes, les collectivités militaires et civiles qui se sont signalées dans l’œuvre de la libération de la France", rappelle le musée qui lui est consacré. Il s’agit du deuxième ordre national français après la Légion d’honneur. "J’ai fait cette exposition avec mes tripes, pour témoigner de mon admiration, souligne C215. C’est un cri du cœur. Les parcours des compagnons m’émeuvent beaucoup. L’exposition cherche à faire vivre leur mémoire et surtout à défendre leurs valeurs. L’idée est de parler de leurs parcours héroïques, et d’essayer de passer le relais aux jeunes générations."

Une expo en l’honneur d’Hubert Germain

L’ouverture de l’exposition survient alors qu’Hubert Germain - le dernier représentant de l’ordre des compagnons de la Libération - a été inhumé au Mont-Valérien à Suresnes (Hauts-de-Seine), le 11 novembre dernier. Une cérémonie d'hommage présidée par Emmanuel Macron, suite au décès de l’ancien combattant le 12 octobre à Paris. Christian Guémy, qui a réalisé plusieurs portraits d’Hubert Germain, précise d'ailleurs qu’il a pu présenter l’une de ses œuvres au résistant, "avant qu’il nous quitte".

A l’extérieur de l’hôtel des Invalides, l’exposition est complétée par d’autres portraits des compagnons de la Libération peints sur du mobilier urbain, dans le quartier. "L’objectif est à la fois de faire sortir les compagnons de la Libération de leur musée, et d’inviter le public habituel du street art à entrer et découvrir l’exposition", détaille C215. L’artiste précise que "l’expo n’est pas à vendre" : "Le projet est ensuite de tenter de la faire circuler dans d’autres musées en France, au cours des années à venir". A Paris, l’exposition dure jusqu’au 8 mai : une date symbolique, qui marque en 1945 la capitulation de l'Allemagne nazie et la fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe.