BD : Morceaux choisis avant la rentrée littéraire

Marilyn à l'affiche d'Hollywood menteur / © Luz / Futuropolis
Marilyn à l'affiche d'Hollywood menteur / © Luz / Futuropolis

Une fois n'est pas coutume, partons à rebours dans la production foisonnante de bandes dessinées de l'année écoulée. Un coup d'œil dans le rétro pour une sélection de huit titres - allegro ma non troppo …

Par Didier Morel

Presque deux mois d'été et deux canicules n'ont pas été de trop pour remettre à zéro le compteur de vos disques durs, recharger les batteries et respirer. Une semaine avant la rentrée littéraire, voici un choix subjectif de BD à coté desquelles vous auriez pu passer, parmi la kyrielle de titres publiés chaque année. Selon l'institut GFK, en 2018 le secteur a atteint son point le plus haut avec 44 millions d'albums vendus. Et ces dernières années, on comptabilise plus de 5 000 nouveautés ou nouvelles éditions. Plus que jamais une boussole s'avère nécessaire pour se retrouver dans cet océan de bulles. Cap sur huit BD de fin d'été…
Couverture de Mimosa – les choses changent… c'est énervant / © Edith - Soleil / Noctambule
Couverture de Mimosa – les choses changent… c'est énervant / © Edith - Soleil / Noctambule

Paris 1855 : une vitrine universelle

L'accroche : Une nouvelle série à la découverte des sept Expositions universelles qui ont eu lieu à Paris entre1855 et 1937 (sont exclues celle seulement nationale de 1844 et celle spécialisée de 1947). Chaque tome marche dans les pas de Julie Petit-Clou, une enfant (12 ans lors de la première expo) qui deviendra grand-mère (94 ans lors de la dernière) et qui a surtout des pouvoirs de divination.
Cases extraites de La fille de l'Exposition universelle tome 2 – 1867) / © Etienne Willem / Grand Angle
Cases extraites de La fille de l'Exposition universelle tome 2 – 1867) / © Etienne Willem / Grand Angle
Pourquoi la lire : Le concept de la série est original et bien documenté. En 1855, Paris a accueilli 5 millions de visiteurs. A l'époque le tourisme était embryonnaire. Un cahier en fin d'album raconte les coulisses de ces Expositions universelles. Un décor idéal pour raconter les aventures d'une fillette attachante et de sa famille.

Coup de cœur tout public

L'accroche : Un album de strips – tous publics – autour du quotidien d’une petite fille pleine de répartie, habitée par des préoccupations existentielles, entre enfance et monde adulte.Pourquoi la lire : car cette fillette est la cousine de Mafalda et Pico Bogue. Mimosa possède une collection incroyable de bonnets, elle en change à chaque strip ou presque. Elle s’inquiète pour son père, dessinateur et rockeur à ses heures, car "les rockeurs, ils sont souvent alcooliques". Mimosa a un vieux chat, Jean-Louis, et adore commenter la vie avec philosophie et fautes d'orthographe. Par ailleurs, une question la taraude : si on utilise le mot "mûrir" pour un enfant, doit-on dire "pourri" pour un adulte ? En quelques traits, Edith croque cette pipelette. A adopter sans plus tarder dans la famille des mioches qui savent moucher.

Paris pour de l'or et de la chair

  • La Curée par Eric Stalner & Cédric Simon chez Les Arènes BD
L'accroche : Corruption, spéculation, affairisme ! Sous Napoléon III, la finance régnait déjà sur Paris. Dans le décor d'une capitale en pleine transformation sous Haussmann, La Curée est un roman de Zola adapté en BD.

De l'or et de la chair

voilà comment le romancier accrochait ses lecteurs pour le second volume de l'œuvre d'une vie, Les Rougon-Macquart.
Pourquoi la lire : "L'or" c'est celui qu'un Républicain fraîchement débarqué à Paris souhaite gagner à n'importe quels prix : la mort de sa première femme, l'abandon de son fils et une spéculation immobilière sans limite. "La chair", c'est celle de sa seconde épouse, à la recherche de l'interdit avec son beau-fils, pour tromper son ennui. Au final, la curée c'est la portion de la bête tuée à la chasse, donnée aux chiens. Pour Zola cela devient le dépeçage de Paris par les spéculateurs, la ruée vers le butin dans une société corrompue et amorale.

On n'épouse jamais ses parents

L'accroche : le conte de Peau d'âne revisité dans un récit acide et fascinant sur la construction d'une identité féminine complexe.Pourquoi la lire : un récit qui déconcerte par son propos très libre et son inventivité graphique intrigante. Entre noirceur et humour, Stéphane Fert revisite le conte par une construction cigogne au rythme d'une épopée poétique.

Un joyau noir scintillant de mille feux

L'accroche : Désert du Névada. Eté 1960. Marilyn Monroe, Clark Gable, Montgomery Clift. Ils sont les Désaxés - les Misfits en v.o - l'un des films les plus emblématiques de l'histoire du cinéma, réalisé par John Huston sur un scénario d'Arthur Miller, alors marié à Marilyn et sur le point de divorcer.
Deux cases extraites d'Hollywood menteur / © Luz / Futuropolis
Deux cases extraites d'Hollywood menteur / © Luz / Futuropolis
Pourquoi la lire : Vous verrez les émotions de Norma Jean Baker sous un jour cru, comme vous le n'avez peut-être encore jamais lu. Si vous le ne saviez pas encore, vous découvrirez qui est Zelda Zong et pourquoi il n'existe aucune photo de Marilyn en colère. Une œuvre magistrale de Luz, un des plus beaux hommages graphiques du 9ème art à l'icône du 7ème.

Une quête mystique

L'accroche : des enfants enlevés à leurs mères au moment de l'accouchement, une société secrète prête à tout pour arriver à ses fins, deux femmes seules face à un complot.
La couverture des Mentors (tome 1 – Ana) / © Porcel / Grand Angle
La couverture des Mentors (tome 1 – Ana) / © Porcel / Grand Angle
Pourquoi la lire : pour sa couverture effroyable et comme le déclarait Zidrou, le scénariste, à la sortie de cette BD :

Il y a plusieurs Zidrou en moi, je le crains.

L'ex-institeur s'est fait connaître avec son élève Ducobu. Depuis il nous a surpris avec des scénarios toujours plus sensibles, avec une prépondérance de rôles féminins forts. Avec les Mentors voici une troisième veine, plus sombre entre thriller et anticipation. A suivre…

L'IA, miroir de nos vies

L'accroche : Elles trient les photos de votre smartphone, optimisent les placements des vélibs, détectent des terroristes : ce sont les IA, les Intelligences Artificielles. Voici le récit de Yurie, l'une d'entre elles. Ses deux créateurs reviennent sur les balbutiements de leur création et démêlent nos idées approximatives sur le thème pour mieux en comprendre les enjeux.
Pourquoi la lire : Peut-être est-il temps de questionner nos fantasmes et nos craintes face à cette technologie qui prend une place grandissante dans nos vies. Yurie a été réellement créée par le duo de scénaristes Arnold Zéphir et Fibretigre pour devenir chroniqueuse d'un podcast en 2016. Un récit aussi troublant que passionnant.

Amours ukrainiennes

L'accroche : Hiver 2014. Dix ans après la "Révolution orange", l'Ukraine est à nouveau en proie au chaos. Sur le Maïdan, la grande place de Kiev, se joue l'avenir politique du pays : pro-Russes, pro-Occidentaux et néonazis s'affrontent… Mais pour Bogdan, le jeune policier, il y a encore plus important que la révolution : retrouver Olena, sa fiancée manifestante.
Pourquoi la lire : L'amour de deux contraires, le thème est connu, mais rarement traité entre un Berkout - l'équivalent de nos CRS du maintien de l'ordre - et une étudiante en sciences politiques. Le scénariste Aurélien Ducoudray réussit à tresser cette histoire avec la complexité de la situation ukrainienne. Loin du simplisme, l'album dépeint ces jours d'émeutes de façon claire au rythme haletant d'une course poursuite amoureuse.

Une sombre histoire provençale

  • Les Pestiférés par Serge Scotto, Eric Stoffel & Samuel Wambre chez Grand Angle
L'accroche : En 1720, à Marseille, la découverte de trois cadavres va bouleverser la vie tranquille de la communauté dirigée par Maître Pancrace. La peste est aux portes de la ville …
Cases extraites des Pestiférés / © Samuel Wambre chez Grand Angle
Cases extraites des Pestiférés / © Samuel Wambre chez Grand Angle
Pourquoi la lire : Après la relecture réussie en BD des Souvenirs d'enfance de Marcel Pagnol et autres histoires provençales (Jean de Florette, Topaze, Le Schpountz…), le duo de scénaristes Scotto et Stoffel restitue cette fois-ci une œuvre inachevée. Pagnol en avait publié une partie dans Le temps des amours et en avait raconté le dénouement seulement à ses proches. Grace à son petit-fils Nicolas Pagnol, l'histoire complète existe maintenant en BD.

A lire aussi

Sur le même sujet

Dans les rues, un collectif recouvre les tags anti-PMA par de petits cœurs

Les + Lus