Boutique à l'essai : et si vous deveniez commerçant ?

durée de la vidéo : 00h02mn06s
Boutique à l'essai : et si vous deveniez commerçant ? Reportage de Tania Watine et Isabelle Audin ©France 3 PIDF

C'est une première dans le Val-d'Oise, une boutique à l'essai va bientôt ouvrir à Pontoise. Une manière d'aider celles et ceux qui souhaitent devenir commerçant à se lancer sans prendre trop de risques. Il existe déjà une quinzaine de boutiques du même genre dans la région.

Depuis un mois, en plein centre de Limay (Yvelines), une banque vient d'être remplacée par une boutique. Amandine Bahich est en est l'heureuse gérante "depuis le 11 novembre, on n'a pas eu un jour sans client" se félicite-t-elle. Avant, Amandine, Samia et Wassila vendaient séparément leurs vaisselles, vêtements et cosmétiques sur les réseaux sociaux.

Au printemps, elles ont répondu ensemble à un appel d’offres lancé par la mairie de Limay et le réseau Boutiques à l'essai. Elles bénéficient d'un coup de pouce pour tester la vente en magasin. "On a une aide financière d'un tiers du loyer, ce qui n'est pas négligeable. On a aussi une aide au niveau de l'accompagnement, tout ce qui est juridique, signature du bail. On a un parrain qui va nous aider avec la comptabilité. C'est vraiment un accompagnement global", explique Amandine.

L'accompagnement : le secret de la réussite ?

Le but, pour les communes, est d'avoir des centres-villes vivants. Pour éviter d'avoir une énième banque ou assurance, Pontoise (Val-d'Oise) propose elle aussi une boutique à l'essai. Elle a préempté un fonds de commerce de 43 m2 et recherche des candidats.

"Le concept c'est de donner sa chance à un porteur de projet de pouvoir tester, sur une période de six mois, l'installation d'une boutique sur la commune de Pontoise dans le centre historique. Les six mois sont renouvelables et si, au bout des deux fois six mois, on constate que la boutique fonctionne, on part sur un bail traditionnel", explique Laurent Lebaillif, conseiller municipal à l'animation économique de la ville de Pontoise.

Alors qu'un commerce sur deux ferme au bout de trois ans, les trois-quart des boutiques à l'essai durent dans le temps grâce à l'accompagnement. "On travaille avec des réseaux de soutien à la création d'entreprise pour bien accompagner ces personnes qui ont des idées et transformer ces idées en projets réels et en ouvertures pérennes de boutiques", affirme Maxime Bréart, le coordinateur national de la fédération des boutiques à l'essai

Notre région compte une quinzaine de boutiques à l'essai dans les Yvelines et la Seine-et-Marne, la prochaine, dans le Val-d'Oise, devrait ouvrir en mars.