Budget de la ville de Paris, Emmanuel Grégoire, le premier adjoint à la mairie, répond aux attaques de mauvaise gestion

Publié le Mis à jour le
Écrit par Emmanuèle Bailly
La mairie de Paris défend son budget 2022
La mairie de Paris défend son budget 2022 © SADAK SOUICI / LE PICTORIUM / MAXPPP

Emmanuel Grégoire, le bras droit d'Anne Hidalgo a présenté le projet de budget de la Ville de Paris. Il a également répondu aux accusations de la droite parisienne et de certaines associations concernant l'endettement de la ville.

Venu pour présenter son futur budget qui sera débattu puis voté au prochain conseil de Paris, Emmanuel Grégoire a tenu à répondre aux accusations de mauvaises gestions de la ville en matière financière. En effet depuis plusieurs semaines, la droite parisienne avec sa tête Rachida Dati, présidente du groupe LR au conseil de Paris, et des associations pointent l'endettement de 7 milliards de la capitale et demandent la mise sous tutelle de la ville.  

Plus de 7 milliards d'endettement

Selon la mairie de Paris, l'endettement  pourrait atteindre les 7,2 milliards d’euros fin 2021. Ce qui signifie que la dette totale de la collectivité aurait augmenté au maximum de 561 millions d’euros à l’issue de l’exercice 2021, augmentation due en majeure partie aux conséquences de la pandémie, précise la mairie de Paris. Le niveau d’endettement par habitant devrait s’établir au 1er janvier 2022 à 3404 euros, contre 3020 euros au 1er janvier 2021. Un niveau contenu comparé aux autres grandes villes françaises, juge la mairie.

Demande de mise sous tutelle

Des associations, L’Union parisienne, Rouler libre, le Comité Marais Paris, Sauvons notre Paris et le syndicat de VTC INV, ont décidé d’engager une procédure afin d’obtenir la mise sous tutelle de la ville.

Après avoir manifesté de nombreuses fois ensemble contre la maire Anne Hidalgo (PS), ces structures qui, pour certaines, sont proches de #SaccageParis précise le figaro.fr, devraient saisir courant janvier la cour régionale des comptes (CRC) d’Île-de-France, le ministère des Finances mais aussi le préfet de Paris.

Me PatrickTabet, l’avocat de ce collectif explique les conséquences de cette mesure sur la ville. "La mise sous tutelle, ça veut dire que la municipalité est dessaisie de ses pouvoirs et qu'elle n'a plus d'autonomie". "Par exemple", poursuit l'avocat, "la municipalité n'a plus le pouvoir de faire quelques investissements que ce soient, elle devra solliciter l'avis de son organisme de tutelle. Si l'organisme valide l'investissement, elle pourra le faire, si elle l'invalide, elle ne pourra pas le faire".

Mi-novembre, Rachida Dati, cheffe de file de l'opposition LR, avait dénoncé en conseil municipal l'"insincérité" du projet de budget 2022 et écrit à l'État pour suggérer "une mise sous tutelle budgétaire" de la ville.

Emmanuel Grégoire répond aux attaques

Lors de sa conférence de presse, Emmanuel Grégoire a répondu aux attaques de l'opposition. "Des textes fixent de façon extrêmement précises les règles dans lesquelles les collectivités sont mises sous tutelle ou non. Il appartient au préfet de région d’engager ce type de procédure", rappelle l'élu. "Rien sur le plan financier ne justifie d’émettre cette simple hypothèse", "rien, absolument rien", martèle-t-il. "Je ne crois pas un instant que les gens qui formulent cette hypothèse le fasse sur un fondement technique, financier et donc, c’est qu'ils le font sur un fondement politique".

Le budget sera débattu lors du prochain Conseil de Paris, les 14, 15, 16 et 17 décembre. Un budget qui se veut selon la mairie, "volontariste pour accompagner les plus fragiles, renforcer la reprise économique et accélérer la transition écologique".

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.