Célébration de la Libération de Paris : le cinéma, relais de mémoire

Quelques centaines de personnes se sont réunies samedi pour assister à la projection du film, tourné en 1966. / © France 3 IDF / Y. Dorion
Quelques centaines de personnes se sont réunies samedi pour assister à la projection du film, tourné en 1966. / © France 3 IDF / Y. Dorion

A l'occasion du 74ème anniversaire de la fin de la bataille de Paris, la ville organisait ce samedi devant l'Hôtel de Ville une projection en plein air du célèbre film Paris brûle t-il ? de René Clément.

Par ML et FM

Seules quelques centaines de personnes ont passé outre la fraîcheur du soir pour assister, ce samedi, à la projection en plein air de Paris brûle-t-il ?  organisée pour célébrer le 74ème anniversaire de la Libération de Paris. Sur le parvis de l’Hôtel de Ville, a partir de 21h, un écran géant projetait la fresque historique de René Clément, tournée en 1966 d’après un livre éponyme de Larry Collins et Dominique Lapierre.
 

Une date symbolique à laquelle Dietrich von Choltitz finit par signer l’acte de reddition et met fin à la bataille de Paris sans finalement exécuter l’ordre de ravager la capitale et ses monuments. Un lieu emblématique qui devient le siège des unités de la Résistance intérieure et théâtre de l’un des plus célèbres discours de l’histoire (« Paris, Paris outragé, Paris brisé… »). L’événement, qui succédait à la cérémonie officielle, a attiré un public de passionnés.
 
 
« J’en sais des choses historiques et personnelles, souligne une spectatrice. Ma grand-mère était dans les camps de concentration au moment de la Libération. Elle est revenue seulement après. C’est pour ça que je m’intéresse à tout ça. »
 
Célébration de la Libération de Paris : le cinéma, vecteur de mémoire
Reportage de F. Malverde, Y. Dorion, M. Maitrel. Avec Anne Hidalgo, maire (PS) de Paris.

Pour la municipalité, organisatrice de l’événement, le recours au cinéma s’impose au fil des années, au fur et à mesure que les traces s’effacent. « Les anciens disparaissent et il faut trouver les moyens, les vecteurs pour continuer à transmettre aux jeunes générations, souligne Anne Hidalgo. C’est ce que nous faisons, avec beaucoup de travail dans les écoles et bien sûr, une cérémonie officielle tout à l’heure qui était très émouvante et très belle. Mais je pense que le cinéma peut jouer un rôle très, très important dans ce récit collectif qui nous unit. »
 

Pendant plus de deux heures, le film retranscrit les jours de fièvre, alors que la nouvelle des avancées alliées attise une nouvelle ferveur au sein de la Résistance parisienne. Servi par un casting prestigieux et international (Claude Rich, Jean-Paul Belmondo, Kirk Douglas, Yves Montand, Anthony Perkins, Simone Signoret ne représentent que quelques-uns des noms célèbres crédités au générique ) et des moyens hollywoodiens, il rend hommage aux figures de la Libération. Les généraux Leclerc et Patton bien sûr, mais aussi ceux que le temps a fait tomber dans l’oubli.  
 

Sur le même sujet

Un rassemblement de soutien pour Mathieu Hillaire

Les + Lus