Coronavirus : avec le confinement, les consultations médicales à distance sont en forte augmentation

La téléconsultation bat des records depuis l’instauration du confinement. Près d'un demi-million de consultations à distance, via un ordinateur ou un smartphone, a été réalisé la semaine dernière en France.        

Le nombre de téléconsultations médicales est en augmentation
Le nombre de téléconsultations médicales est en augmentation © BELPRESS/MAXPPP
486 369 exactement. Voici le nombre de téléconsultations effectuées la semaine dernière en France selon les chiffres de l'Assurance maladie. Depuis le 17 mars et l’entrée en vigueur du confinement, le nombre de consultations médicales à distance est en très nette augmentation. L'Assurance maladie, qui comptabilisait moins de 10 000 téléconsultations par semaine jusqu'à début mars, en a recensé 80 000 lors de la première semaine de confinement et près de 500 000 la semaine dernière.
 
"Du jamais vu" pour Doctolib, l'une des plateformes de prise de rendez-vous médicaux et de consultations vidéos. Aujourd'hui, Doctolib comptabilise quotidiennement 100 000 consultations médicales à distance. Chez les médecins généralistes français équipés des outils numériques, la moitié des consultations se fait par vidéo depuis l'arrivée de l'épidémie en France.

Mes patients se sont très vite habitués

Les docteurs Thiollet et Israël, médecins généralistes dans le XIXe arrondissement de Paris proposent depuis quelques jours des téléconsultations. « Dans notre cabinet avec mon confrère Gérard Israël, nous avons mis en place des téléconsultations depuis le mercerdi 25 mars, via la plateforme Doctolib. Nous ne pensions pas installer ce système. Avec mon confrère, nous étions un peu dubitatifs. Je pensais que cela servait surtout dans des régions en manque de médecins. A Paris, les gens se déplacent facilement. Mais avec le confinement, les patients privilégient ce mode de consultation. Maintenant que c’est en place dans notre cabinet, nous allons certainement conserver ce système. Cela fonctionne très bien. Les patients, surtout ceux que je suivais déjà, l’utilisent de plus en plus. Il se sont très vite habitués", explique le docteur Thiollet.

Ce n’est pas de la vraie médecine pour moi

« Je consulte pour des suspicions de covid-19 mais aussi pour d’autres pathologies, qui ne nécessitent pas d’examen direct comme des renouvellements de prescriptions médiales. Pour ces actes là, la téléconsultation est très bien", affirme le docteur ThiolletMais pour ce médecin, rien ne remplace "une vraie" consultation. « Cela  reste une approche médicale frustre. Ce n’est pas de la vraie médecine pour moi. Cela ne remplace pas le rapport direct avec le patient, l’examen physique et clinique. Quand quelqu’un tousse, a de la fièvre, les symptômes du Covid- 19, il faut une auscultation pulmonaire. Il est nécessaire d'examiner le patient. Si on a un doute, on demande à le voir ».

Du côté des patients, ce mode de consultation est rassurant. Pas besoin de se déplacer, de risquer de contaminer ou d’être contaminé. Les différentes plateformes de téléconsultation qui existent sont simples d’accès tout comme le paiement et le remboursement. Dans le contexte actuel de crise, la CPAM, la Caisse primaire d'assurance maladie, a assoupli le recours à la téléconsultation, habituellement réservée au médecin traitant ou à un praticien déjà consulté en cabinet dans l'année précédente. Depuis quelques semaines, le patient peut téléconsulter le médecin de son choix, même s’il ne le connaît pas. Par ailleurs, l'Assurance maladie rembourse à 100%  jusqu'au 30 avril 2020 ce nouveau type de consultation médicale.

C'était comme une vraie consultation

Pauline Tannai, 29 ans, qui habite Paris a récemment consulté à distance son médecin pour une suspicion de Covid-19. « J’avais des symptômes depuis une semaine. Je me sentais fatiguée, quand j'ai eu la perte du goût et de l’odorat, je me suis inquietée, j'ai appelé mon médecin par téléphone. Il a fait une vraie consultation. Les questions étaient précises, il m’a donné les conseils nécessaires. J'étais rassurée. Je n’ai pas éprouvé le besoin de me déplacer dans un cabinet médical".

Désengorger les urgences, les salles d’attentes, éviter les risques de contamination au Covid-19. La téléconsultation médicale a désormais le vent en poupe, confinement et peur du virus oblige. Elle constitue désormais plus de 11% de l'ensemble des consultations, contre moins de 1% avant la crise selon l'Assurance maladie. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société technologies économie