Coronavirus : les marchés alimentaires "où l'on voit des foules" sont "amenés à fermer" annonce Olivier Véran

Le ministre de la Santé a rappelé mercredi que la règle est "d'intervenir partout" pour "faire respecter une distance d'un mètre entre les personnes".
 

Un stand de primeur (illustration).
Un stand de primeur (illustration). © IP3 PRESS/MAXPPP
Dimanche dernier, de nombreux twittos avaient publié des photos du marché d'Aligre à Paris avec ses allées noires de monde. Quelques heures seulement après la fermeture des commerces non-essentiels en France, ces images avaient inquieté de nombreux internautes.

 

Ce mercredi, le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé sur la chaîne d'information LCI que les marchés "où l'on voit des foules et qui ont beaucoup d'étals" seront "amenés à fermer".

"Les marchés où on va chercher à manger doivent pouvoir continuer de fournir de la nourriture aux personnes", a-t-il d'abord tenu à préciser, mais en revanche "ceux où l'on voit des foules, les marchés qui ont beaucoup d'étals, les marchés où il y a autre chose que de l'alimentaire sont amenés à fermer".

Les décisions de fermeture sont prises par les préfets

"A mesure que l'on constate qu'il y a des contacts rapprochés des gens dans la rue, nous sommes amenés à prendre des décisions. Ce sont les préfets qui ont autorité pour prendre ces décisions de fermeture", a poursuivi le ministre, rappelant que la règle est d'"intervenir partout" pour "faire respecter une distance d'un mètre entre les personnes". Un Français rencontre en temps normal "50 personnes par jour, il faudrait qu'il rencontre 5 personnes par jour", a-t-il énoncé comme objectif. 

Aujourd'hui, "Paris n'a plus rien à voir avec ce qu'on a connu hier", s'est félicité le ministre, en soulignant que le confinement s'appliquait à lui-même, puisque "je ne bouge plus de mon ministère".  Interrogé sur les résultats du confinement, le ministre souligne que "l'impact d'une mesure commence à être mesurable sur la courbe épidémique au minimum au bout de 8 à 12 jours, probablement plus 12 que 8". "Oui, on attend à ce moment-là une réduction très importante de nouveaux cas et une chute de l'épidémie".

La mairie de Paris ne souhaite pas que les marchés soient fermés

Dans un communiqué publié ce mercredi après-midi, la mairie de Paris n'envisage pas la fermeture des marchés alimentaires. Les marchés alimentaires "resteront ouverts" pour "continuer à permettre les courses en produits frais des Parisiennes et des Parisiens", a expliqué la mairie. Elle veillera au "respect de strictes consignes d'espacement des étals et de respect des gestes barrière, dont la préservation d'une distance minimale entre les personnes". "Ces consignes seront systématiquement rappelées à l'entrée des marchés."

"On ne va pas fermer les marchés parisiens. Dans les quartiers populaires, les gens ne sont pas partis, et une partie (d'entre eux) ne vont pas aux supermarchés parce que  c'est trop cher", a précisé un cadre de la mairie de Paris.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter