Coupe du monde de football : à Paris, joie puis déception après la victoire de l’Argentine, en finale contre les Bleus

Les supporters ont espéré jusqu’au bout la victoire de l’équipe de France de football. Trois buts salvateurs de Kylian Mbappé n’auront pas suffi, face à Lionel Messi et ses amis. À Paris, ce 18 décembre, c’est la désillusion après de grands espoirs.

Une première partie de match dominée par l’Argentine, puis un Kylian Mbappé qui ramène trois buts de haute lutte… Et la fin, ce sont tout de même les Argentins qui gagnent. Ce dimanche 18 décembre, la finale de la coupe du monde de football n’a pas été de tout repos pour les supporters près de la place de la République, à Paris. Du calme plat, ils sont passés par la joie avant de connaître une grande déception.

Des supporters français chauffés à bloc

Peu avant 16 heures, l’enthousiasme est au plus haut au Louis’Corner. Ce bar situé près de la place de la République fait le plein de supporters de l’équipe de France. Ils s’attendent à ce que Mbappé, Rabiot et leurs amis ramènent une 3e étoile. Place aux hymnes, les spectateurs y vont avec entrain.

Le match débute enfin. Il fait peur aux spectateurs. Peu de bruit dans la salle, quelques cris d’encouragement mais la tension monte. Elle redescend très rapidement, lorsque Olivier Giroud se tente à marquer un but (19e minute).

Cette fois-ci, ce n’est pas la bonne. Bien au contraire : les Argentins ouvrent le score, après un pénalty accordé par l’arbitre aux Albicelestes (23e minute). 1-0. Les spectateurs doutent de l’équipe de France. Les Français se font dominer à ce stade par l’Argentine, jusqu'à prendre quelques instants après (36e minute), un deuxième but de l’Argentine. 2-0.

Après la mi-temps, les prolongations et le miracle 

Reprise du match. L’essentiel se joue à présent, grâce au réveil de Kylian Mbappé qui ouvre le score à la 80e minute. Il ne s’arrête plus, et remet moins de deux minutes plus tard un deuxième but (81e minute). Egalité aussi bien du côté de chez Messi, que chez les camarades d’Hugo Lloris. La joie reprend le dessus dans la salle. Applaudissements et cris à n’en plus finir, devant ce match à suspense.

Les encouragements se poursuivent. Pas suffisant pour plier le match. Les prolongations se profilent une première fois. L’Argentine reprend de nouveau le dessus, avec un but supplémentaire : 2-3. La salle se plonge encore dans la stupeur, se demandant encore si le but argentin est accepté. C'est le cas. La salle reste quasi-muette.

Jusqu’à ce Kylian Mbappé redresse encore la barre quelques minutes plus tard, pendant la seconde prolongation : 3-3. Les Français reviennent au score. Sans réussir à mettre le but qui leur ferait une fois de plus ramener la coupe à la maison.

Déchirement lors des tirs au but

À la fin des prolongations, les équipes se quittent sur une égalité parfaite. Place aux tirs au but. Dans le bar, on retient son souffle. Mbappé marque encore. Ses coéquipiers ne feront pas de même : deux buts ratés à la suite permettent finalement aux Argentins de prendre définitivement l’avantage. Peu après 19 heures : victoire sans appel de l’Argentine 4 à 2, la coupe ira pour la 3e fois à Buenos Aires. Grande déception dans le bar, la salle se vide très rapidement et dans un quasi-silence. Dans le quartier, les spectateurs se dirigent vers le métro sans trop faire de cris.

Il suffit d’avancer quelques rues plus loin, pour trouver une autre ambiance. Près de la Bastille, il y a ce restaurant argentin, Santa Carne. Lucas se trouve devant. Ce franco-argentin sirote sa bière et jubile à l’idée de voir son joueur favori, Lionel Messi, prendre peut-être sa retraite sur une victoire.

Une nouvelle quête s'ouvre pour les Bleus, qui tenteront sans doute de reprendre le titre en 2026. La prochaine édition de la coupe du monde de football se tiendra alors au Canada, aux Etats-Unis et au Mexique.