Delacroix, Rubens, Le Tintoret… A Paris, l'art au détour des églises

Les églises de la capitale renferment des tableaux et des sculptures des plus grands artistes. Un guide recense ces chefs-d’œuvre, à découvrir pendant que les musées demeurent fermés. 

'La sagesse de Salomon', 1531 - église Saint-Gervais Saint-Protais – Paris IVe
'La sagesse de Salomon', 1531 - église Saint-Gervais Saint-Protais – Paris IVe © DR

Les musées sont fermés pour cause de confinement, les expositions aussi. Ce qu'on peut encore faire c'est sortir de chez soi pour prendre l'air et en profiter pour découvrir le patrimoine religieux de la capitale. Un guide papier recense et décrit les 122 lieux de culte à Paris. Il est disponible gratuitement dans toutes les églises ainsi que dans les mairies d’arrondissement.

François Drouin, le président de l’association Art, culture et foi, nous guide dans cette visite. Des exemples d’œuvres, il y en a beaucoup, explique-t-il. "On peut citer par exemple un tableau de Rubens, 'Les Pèlerins d’Emmaüs' qui se trouve à l'église Saint-Eustache, dans le Ier arrondissement".

Delacroix, Rubens, Le Tintoret…

"À la mort de Jésus", raconte François Drouin, "des disciples d’Emmaüs rentrent chez eux, en chemin ils rencontrent un homme. Ils l'invitent chez eux et au moment où celui-ci coupe le pain en deux, ils reconnaissent le Christ. Dans ce tableau, ce qui est exceptionnel, souligne-t-il, c’est que le peintre a réussi à saisir à la fois la surprise des disciples mais aussi le décalage entre ces hommes qui comprennent à qui ils ont affaire et les personnages secondaires du tableau qui ne reconnaissent pas le Christ".

D’autres peintres célèbres comme Eugène Delacroix ont leurs tableaux dans les églises, poursuit notre guide. "A Saint-Denys du Saint Sacrement (IIIe) on peut admirer une toile du peintre 'La Pietà', cette toile dont Baudelaire parlait comme d'un 'chef-d'œuvre qui laisse dans l'esprit un sillon profond de mélancolie'".

Si on se déplace plus au nord de la capitale, dans l’église du XVIIe arrondissement, Saint François-Xavier, un tableau du Tintoret est exposé. "'La Cène' représente le Christ avec ses douze disciples. Un des disciples tient dans son dos une bourse. C'est Judas, celui qui l'a trahi, et qui cache l'argent de son forfait", continue le toujours très disert, président de l'association.

122 lieux de cultes parisiens sont répertoriés dans ce guide

"Ce qu’il faut savoir c’est que 70 % des églises datent du XIXe et du XXe siècle, à l’époque de l’expansion démographique et de la révolution industrielle", poursuit-il.

"En 1928, par exemple, à l'église Saint Esprit dans le XIIe, on fit travailler 40 artistes - Maurice Denis est l’un des plus célèbres - pour peindre l’intérieur de l’édifice. Située à quelques minutes du cimetière du Père-Lachaise dans le XXe arrondissement, on peut aussi citer l'église Saint-Jean Bosco qui est caractéristique du mouvement Art Déco avec ses dizaines de mosaïques, des vitraux du sol à la voûte et un clocher central, haut de 53 mètres en béton armé".

Dans le XIVe arrondissement, à Notre-Dame du Travail "c'est le style Eiffel qui est mis à l'honneur. Cette église est un exploit architectural avec 135 tonnes de fonte utilisées pour construire sa structure". "On peut en citer encore beaucoup d’autres", continue François Drouin,"je pense aussi, à des églises avec des orgues somptueux, à Saint-Roch par exemple il y a des orgues Clicquot (du nom de famille du champagne, ndlr) et la liste était encore longue".

Charles Dorigny, 'Le Christ mort descendu de la croix', 1646 - Eglise Sainte-Marguerite – Paris XI
Charles Dorigny, 'Le Christ mort descendu de la croix', 1646 - Eglise Sainte-Marguerite – Paris XI © DR

Une appli permet une visite via son smartphone

L'association Art, culture et foi a misé sur la technologie et mis en place une application. Les pierres parlent, permet d’effectuer la visite avec son smartphone, en scannant le QR code accompagnant chaque lieu. "Dix mille connexions ont été enregistrées en 2019 et, malgré les confinements, on en a comptabilisé 13 000 en 2020", explique le président de l’association. Ce qui nous a surpris et enthousiasmé, c'est que les 2/3 de ceux qui ont utilisé l’application ont moins de 35 ans.

Il y a un an, en raison du confinement, il n'y a pas eu d'office pour les fêtes de Pâques. Le Premier ministre a annoncé que les célébrations de Pâques seraient très limitées cette année mais que les offices religieux seraient autorisés, dès lors que les églises continuent à respecter les consignes sanitaires. Si les églises sont ouvertes, et restent accessibles à tous, on pourra venir pour prier ou pour visiter.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société religion patrimoine culture