Derniers jours pour l'exposition Dalida au Palais Galliera, 30 ans de chant et de mode

L'exposition "Dalida - une garde robe de la ville à la scène" met en lumière 110 tenues de la chanteuse au Palais Galliera. / © FRANCOIS GUILLOT / AFP
L'exposition "Dalida - une garde robe de la ville à la scène" met en lumière 110 tenues de la chanteuse au Palais Galliera. / © FRANCOIS GUILLOT / AFP

Jusqu'au 13 août, le Palais Galliera expose 110 tenues de la chanteuse, fruits d'une donation de son frère Orlando. Sa garde-robe retrace les trente ans de carrière de Iolanda Gigliotti, des années Bambino au faste de sa période disco. 

Par Marine Lesprit

Elle a méticuleusement conservé ses vêtements de ville et de scène pendant 30 ans. Son frère a fait de même après sa mort. Cent dix tenues et une cinquantaine d'accessoires de Dalida sont à présent exposés au Palais Galliera, anciennement Musée de la Mode de la Ville de Paris (XVIeme arrondissement). L'exposition "Dalida - une garde-robe de la ville à la scène" retrace jusqu'au 13 août le parcours personnel et artistique de Iolanda Gigliotti à travers ses vêtements.


► VIDEO : Dalida, 30 ans de scène, de vie et de tissu exposés au Palais Galliera.


Haute couture, costumes de scène ou prêt-à-porter, Dalida s'est forgé avec ses tenues un personnage, évoluant au fil de ses inspirations musicales. La chanteuse traverse ainsi plusieurs périodes. En voici les tenues les plus emblématiques.

Les trois robes phare de l'exposition Dalida au Palais Galliera


La robe rouge des années Bambino

C'est à Jean Dessès, couturier qui partage avec Dalida son origine égyptienne, que revient la tâche de l'habiller pour son premier récital en tête d'affiche, à Bobino, en 1958. A l'époque, elle porte des robes légères, évasées aux hanches, aux teintes pastel. Cette robe "couleur rideau de scène", reprend l'idéal de la femme fatale hollywoodienne. Avec cette mise, la jeune femme de 25 ans met en avant sa féminité.

C'est aussi un symbole : 23 ans plus tard, en 1981, la chanteuse la revêt à nouveau pour la première de son spectacle à l'Olympia, ce qui lui vaut le surnom de "robe étalon". "Je pense que ça dit beaucoup de choses de sa volonté de conservation des vêtements, affirme Sandrine Tinturier, commissaire de l'exposition, qui constituent pour elle comme une biographie de tissu, comme un journal intime."
 

L'uniforme blanc signé Balmain

Dalida change une première fois de style en 1967. C'est à cette époque que la chanteuse commence à dissocier sa garde-robe de ville et de scène. Alors que la femme porte au quotidien les tenues hippies en vogue dans les années 1970, la chanteuse adopte un "uniforme" blanc, signé Balmain.

Le couturier crée pour Dalida une série de robes longues, dont celle-ci fait partie. Créée en 1973, cette tenue remarquable par sa passementerie de fils argentés, de perles et de strass, est portée par la chanteuse dans toutes sortes d'occasions jusqu'en 1978.

"Il y a quelque chose de l'ordre de la vestale, de la colonne grecque dans ces tenues", reconnaît Sandrine Tinturier. Ce changement de cap correspond à une volonté de gravité de la chanteuse, qui change de répertoire. En 1967, elle vient également de perdre son amant Luigi Tanco, décédé cette année-là.. 
 

Les costumes des grands soirs

 Dalida change encore de cap à partir de 1978. A la ville, elle adopte les vestes à épaulettes des années 1980. A la scène, elle abandonne les créateurs de haute couture pour s'adresser à des costumiers. Michel Fresnay est son interlocuteur pour cette tenue qui traduit les nouvelles priorités de la chanteuse.

C'est l'heure des grands shows télévisés à l'américaine et l'apogée des Carpentier. Dalida danse à présent sur scène, ces tenues doivent suivre et donner à voir, à l'image de cette cape créée pour son interprétation de la chanson Comme le disait Mistinguett au Palais des Sports en 1981. "C'est une tenue très inspirée de Mistinguett [chanteuse et actrice parisienne de la première moitié du XXeme siècle, NDLR], souligne Sandrine Tinturier, et des revues parisienne."

Couleurs vives, paillettes : la garde-robe de Dalida suit l'évolution de la carrière de la danseuse, désormais star. Elle aura vendu plus de 120 millions d'albums.

Sur le même sujet

Journée de chasse en Seine-et-Marne

Près de chez vous

Les + Lus