Expulsion imminente pour le K-13, squat de graff du 13ème arrondissement

© F. Castaingts
© F. Castaingts

Les graffeurs et les occupants du squat, rue de Tolbiac dans le 13ème arrondissement à Paris, se préparent à partir. Le lieu est sous la menace de l’expulsion depuis le 10 août.

Par Pierre De Baudouin

Ça sent la fin au 148, rue de Tolbiac. La vingtaine d’habitants du K-13, recouvert de peintures sur six étages, vit sous la menace de l’expulsion.
Expulsion imminente pour le K-13, squat de graff du 13ème arrondissement
Chaque niveau de l’immeuble, sans compter la cage d’escalier et le toit, est occupé par des tableaux et des installations artistiques en tous genres. Le squat parisien accueillait jusqu’ici des familles, et des street artists (ou plutôt des graffeurs, nuance) en résidence.

Village 13, l’asso qui gère le K-13, proposait aussi des initiations au graff et à la culture hip-hop pour les jeunes du quartier.

Un projet artistique et associatif attaqué par Enedis (ex-ERDF)

EN IMAGES. Dans le K-13, squat de graff du 13ème arrondissement ►

Propriété de la mairie gérée par Enedis (ex-ERDF), l’immeuble était à l’abandon depuis trois ans, avant le lancement du squat.

Après avoir gagné un premier procès contre l’entreprise en invoquant la réquisition citoyenne, Village 13 a finalement été réattaqué pour « occupation illégale ».

Depuis le 19 juillet, le tribunal d’instance somme ses occupants de quitter le bâtiment ; avec pour date limite le 10 août.

Une fin ironique, pour un projet artistique installé au cœur du 13ème. Souvent associé au street art, le quartier est réputé pour ses immenses fresques.

Des projets commandés par la mairie, contrairement au K-13, autogéré et indépendant.

Sur le même sujet

Interview du docteur Thomas Grégory

Près de chez vous

Les + Lus