Gilets jaunes - Les Champs-Elysées de nouveau interdits aux manifestants

Avant la restitution du grand débat lundi, de nouveaux rassemblements de Gilets jaunes sont prévus ce samedi 6 avril à Paris pour une 21e journée de mobilisation.
L'avenue des Champs-Elysées interdit à la circulation samedi 23 mars.
L'avenue des Champs-Elysées interdit à la circulation samedi 23 mars. © FRANCOIS GUILLOT / AFP
Le préfet de police Didier Lallement a renouvelé l'arrêté d'interdiction de manifester ce samedi 6 avril sur les Champs-Elysées et la place de l'Etoile, ainsi que dans un vaste périmètre comprenant l'Elysée et l'Assemblée nationale. Une décision identique à celle prise la semaine dernière pour le 20e samedi de mobilisation des Gilets jaunes. Ailleurs, "le droit de manifester, qui est une liberté fondamentale, pourra s'exercer librement", assure la préfecture, mais "tout attroupement donnant lieu à des débordements sera immédiatement dispersé".  

Deux manifestations déclarées

À Paris, deux manifestations déclarées en préfecture ont été annoncées sur Facebook : l'une, relayée par Eric Drouet, figure du mouvement des Gilets jaunes, doit relier la place de la République à l'esplanade de la Défense, pour dénoncer "l'art de l'optimisation fiscale". La seconde doit partir de la gare Montparnasse, avec pour point de chute le bassin de la Villette, au nord-est de la capitale.

Un autre événement, baptisé "Acte 21, Paris Va Bientôt Trembler !", est organisé et réunit plus de 4.600 personnes "intéressées", mais ni lieu ni horaires précis ne sont indiqués.
 

Loi anticasseurs

Christophe Castaner a dit vendredi "prendre acte", mais "regretter la décision" du Conseil constitutionnel de censurer l'article phare de la loi anticasseurs. Celui-ci prévoyait la possibilité de prononcer des interdictions administratives de manifester contre toute personne présentant une "menace d'une particulière gravité pour l'ordre public".

Le texte n'ayant toujours pas été publié au Journal officiel, les mesures validées jeudi par les "Sages", notamment les fouilles de sacs et de véhicules aux abords des cortèges, ainsi que le délit de dissimulation volontaire du visage, désormais passible d'un an de prison et de 15.000 euros d'amende, ne s'appliqueront pas ce samedi.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
gilets jaunes manifestation économie social société