• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

“Gilets jaunes“ - Des maires d'arrondissements de Paris regrettent ”de ne pas avoir été écouté”

Un engin de chantier carbonisé enlevé de l'avenue Kleber, dans le 16e arrondissement de Paris. / © Pierre de Baudouin - France 3 Paris Île-de-France
Un engin de chantier carbonisé enlevé de l'avenue Kleber, dans le 16e arrondissement de Paris. / © Pierre de Baudouin - France 3 Paris Île-de-France

Les maires des 17e, 16e, 8e et 1er arrondissements de Paris expriment "leur colère" et "trouvent déplorable et inadmissible de ne pas avoir été écouté suffisamment en amont" après les violentes manifestations des "gilets jaunes" le 1er décembre.

Par Marc Taubert

Les élus de 4 arrondissements parisiens sont "en colère". En colère à cause des violences s'étant produits dans la capitale la veille, mais aussi parce que selon eux, ils n'ont pas "été écoutés suffisamment en amont", ont-ils fait savoir par communiqué.
Selon eux, ils avaient d'abord demandé un élargissement du périmètre de sécurité au Préfet de police de Paris, "tout particulièrement sur les avenues Kléber, Victor Hugo, Foch, de la Grande Armée, Wagram, Ternes, qui ont été particulièrement touchées par les violences" et affirment un "manque d'écoute du Ministre de l'Intérieur".

Ils dénoncent aussi le fait que la Mairie de Paris n'ait pas "enlever les matériels de chantier situés sur les grands axes de circulation".
 

La mairie de Paris avait signalé des caches

Selon Colombe Brossel, adjointe de la maire de Paris à la Sécurité et interrogée par France 3 Paris Île-de-France, les mairies d'arrondissement avaient fait des signalements de caches d'ustensiles auprès du ministère de l'Intérieur. La mairie regrette de ne pas avoir été écoutée.

Des habitants s'étaient en effet plaints que des individus cachaient des outils et objets dans des halls ou des parkings d'immeubles.

A lire aussi

Sur le même sujet

Bande-annonce : Derrière la vitrine des grands magasins

Les + Lus