#balancetonmetro : des femmes dénoncent le harcèlement subi dans les transports en commun

Des militantes féministes ont lancé mercredi sur Twitter le hashtag #balancetonmetro pour inciter les femmes à témoigner. Depuis, les témoignages se multiplient.
Des militantes féministes ont fait une action coup de poing mercredi matin dans les couloirs du métro pour « dénoncer l’insécurité des femmes dans les
transports »
.

Elles se sont finalement rendues à la Maison de la RATP, où elles ont continué à chanter leur reprise de "Balance ton Quoi" de la chanteuse Angèle : "Laisse-moi te chanter, à toi ma chère RATP, que je ne prendrai plus le métro, les harceleurs j’en ai plein le dos, on ira bosser à vélo".

Des centaines de témoignages

En parallèle, elles ont lancé sur Twitter le hashtag #balancetonmetro : des centaines de femmes ont déjà témoigné, racontant leurs expériences. Pour certaines une main aux fesses, pour d'autres des hommes qui se masturbent sur elles. Beaucoup avouent leur sentiment d'impuissance lors de ces agressions.  
Des affiches reprenant les noms des stations de métro parisiennes ont également été confectionnées par les militantes. On peut notamment y lire : « Porc Royal », « Pervers Lachaise » ou encore « Mon corps, mon Temple ».


La RATP impuissante ?

Ces femmes dénoncent également l’ignorance de la RATP et d'Île-de-France Mobilités face à ces agressions.


La RATP et Île-de-France Mobilités prennent pourtant le harcèlement au sérieux. Depuis quelques années, plusieurs campagnes de communication ont été lancées pour inciter les usagers à signaler toute situation de harcèlement. Une brigade chargée de débusquer les frotteurs a même été formée, elle patrouille dans les métros et RER. En 2018, les policiers ont procédé à 170 interpellations, mais seulement 39 ont abouti à des condamnations.


A revoir sur la chaîne YouTube de France 3 Paris Île-de-France, l'émission Parigo sur le harcèlement dans les transports.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports en commun transports femmes société