Début des transferts de malades du coronavirus de l'Île-de-France vers d'autres hôpitaux

Une quinzaine de patients atteints du coronavirus vont être transférés dans la région Centre-Val-de-Loire. (Illustration) / © PHOTOPQR/L'ALSACE/MAXPPP
Une quinzaine de patients atteints du coronavirus vont être transférés dans la région Centre-Val-de-Loire. (Illustration) / © PHOTOPQR/L'ALSACE/MAXPPP

L'Île-de-France fait partie des régions les plus touchées par le coronavirus. En Seine-Saint-Denis, les hôpitaux sont déjà saturés. Une quinzaine de patients atteints du Covid-19 vont être transférés ce week-end dans la région Centre-Val-de-Loire.

Par MT/AFP

La situation des hôpitaux devient critique en Île-de-France. Sur les 1.500 places dans les services de réanimation de la région parisienne, 1.300 lits sont actuellement occupés.

La Seine-Saint-Denis est particulièrement touchée et les hôpitaux sont déjà saturés. "On est en train de passer à une médecine de guerre", affirme Héloïse (prénom modifié), infirmière. Aucun "tri" de patient n'est encore évoqué, "mais on sait que les patients au-delà de 80 ans ne sont pas prioritaires".
 

Transferts vers le Centre-Val de Loire

Une quinzaine de patients franciliens en réanimation doit être évacuée vers des établissements de la région Centre-Val de Loire dans le courant du week-end, a annoncé vendredi soir le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, en parlant d'une mesure "d'anticipation".

Selon le dernier bilan officiel vendredi soir, l'épidémie a fait 1.995 morts rien que dans les hôpitaux, dont près de 300 au cours des dernières 24 heures, et conduit 3.787 patients en réanimation (+412).
 

Pas de rupture de médicaments

Outre la question de la place dans les hôpitaux, cette vague épidémique pose aussi celle d'une possible pénurie de médicaments.

"On n'a aucune rupture (...), mais par contre on est vraiment en tension", a affirmé samedi sur BFM TV le professeur Jean-Michel Constantin, anesthésiste réanimateur à la Pitié-Salpêtrière à Paris.

Le matériel est aussi au cœur d'une fronde. Un collectif de soignants, déjà à l'origine de plaintes contre Édouard Philippe et l'ex-ministre de la Santé Agnès Buzyn, a réclamé vendredi au gouvernement les contrats de commandes de masques et tests de dépistage du coronavirus des trois derniers mois.

Selon une information de franceinfo paru ce samedi 28 mars, la France a commandé au total un milliard de masques, dont 74 millions de FFP2, à la Chine.
 

Sur le même sujet

Les + Lus