"Des mesures supplémentaires" seront prises en Ile-de-France, "à partir de ce week-end", annonce Gabriel Attal

Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement, a annoncé ce mercredi que des mesures plus contraignantes pouvant aller "jusqu'au confinement" seront annoncées jeudi après-midi. L'Ile-de-France, les Hauts-de-France et les départements voisins de ces régions sont concernés.

Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, le 3 mars sur le perron de l'Elysée, à Paris.
Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, le 3 mars sur le perron de l'Elysée, à Paris. © Ludovic MARIN / AFP

Jean Castex avait commencé à préparer les esprits, dès mardi soir. "Le moment est venu pour envisager des dispositions pour la région francilienne", avait averti le Premier ministre sur BFMTV. 

Ce mercredi, c'est le porte-parole du gouvernement, qui apporte de nouvelles informations. A l'issue du Conseil des ministres, Gabriel Attal a indiqué que des mesures plus contraignantes pour faire face à l'épidémie de la Covid-19 allaient être annoncées jeudi à 18 heures par Jean Castex, lors de sa conférence de presse hebdomadaire. 

Ces mesures pourront aller "jusqu'au confinement",

Gabriel Attal

Le gouvernement va "prendre dans les territoires les plus touchés" par l'épidémie, l'Ile-de-France et les Hauts-de-France "des mesures supplémentaires" . Elles seront annoncées jeudi pour "une application dès ce week-end", a déclaré le porte-parole Gabriel Attal. Ces mesures pourront aller "jusqu'au confinement", a-t-il avancé.

Avant l'annonce de jeudi, le Premier ministre a prévu de rencontrer mercredi après-midi, les présidents de groupes parlementaires à l'Assemblée et au Sénat. La maire de Paris Anne Hidalgo a indiqué mercredi midi à l'AFP n'avoir "absolument aucun élément" et déploré un manque de concertations, après l'annulation d'une réunion mardi avec les représentants de l'Etat.

Pour montrer qu'il a examiné toutes les options, le chef de l'Etat, qui a déjà consulté des réanimateurs mardi, se rend cet après-midi au centre hospitalier de Poissy-Saint-Germain-en-Laye dans les Yvelines pour voir comment augmenter le nombre de lits en réanimation, piste privilégiée jusqu'ici. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société