• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Grève de postiers en Île-de-France contre des conditions de travail dégradées

Environ 200 postiers de deux départements franciliens se sont rassemblés mardi devant le siège de l'entreprise à Paris. / © IP3 PRESS/MAXPPP
Environ 200 postiers de deux départements franciliens se sont rassemblés mardi devant le siège de l'entreprise à Paris. / © IP3 PRESS/MAXPPP

Environ 200 postiers de deux départements franciliens se sont rassemblés mardi devant le siège de l'entreprise à Paris dans le cadre d'une grève appelée par SUD Poste pour protester contre des conditions de travail dégradées.

Par MT/AFP

C'est "la première fois depuis des années qu'à La Poste, il y a un appel à la grève commun dans plusieurs départements", a souligné Xavier Chiarelli, secrétaire adjoint de SUD Poste 92, à propos de cette mobilisation dans les Hauts-de-Seine et en Seine-Saint-Denis.

Il a fait part de 20% de grévistes parmi les facteurs des Hauts-de-Seine. En Seine-Saint-Denis, où la grève a été reconduite dans plusieurs bureaux, les postiers de dix communes étaient mobilisés, a-t-il ajouté. Selon la direction, 5,27% des postiers étaient en grève dans les Hauts-de-Seine et 5,64% en Seine-Saint-Denis.
Une intersyndicale (CGT, SUD-PTT, FO) avait par ailleurs lancé un appel à cesser le travail sur la plateforme industrielle courrier de Wissous (Essonne), où la direction a compté 12,81% de grévistes.

Des postiers du syndicat SUD 92 interpellent leur PDG, Philippe Wahl :
 

"Perte de sens du métier"

Dans un communiqué, SUD Poste 92 et 93 affirment, évoquant des suicides de postiers - deux ont eu lieu récemment en Dordogne -, que "ces drames sont la pointe émergée d'une politique de casse des droits sociaux". Les syndicats mettent en cause "les réorganisations et suppressions d'emplois incessantes".
Selon M. Chiarelli, la grève de ce mardi est "une étape dans une mobilisation qui se construit" face aussi à la "perte de sens du métier".

A Wissous, où une délégation a été reçue, l'intersyndicale évoque des "conditions de travail dégradées avec un manque de personnel récurrent" et réclame "le comblement de tous les postes vacants".
 

Des milliers de facteurs recrutés

La Poste indique de son côté que depuis la signature d'un accord social en février 2017, "plus de 8.000 facteurs ont été recrutés en CDI, dont 175 dans les Hauts-de-Seine et 152 en Seine-Saint-Denis".

Par ailleurs, "plus de 10.000 facteurs ont été promus, avec une augmentation de leur rémunération" et "plus de 7.400 parcours qualifiants ont été engagés pour accompagner l'évolution des métiers du courrier", ajoute l'entreprise.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Paris : un radeau pour dépolluer le Canal Saint-Martin

Les + Lus

Les + Partagés