L'autorité des transports franciliens veut gérer certaines routes et le boulevard périphérique

Une loi prévoit le transfert des routes gérées par l'Etat aux régions. Ile-de-France Mobilités qui organise les transports en commun dans la région, souhaite les récupérer ainsi que la gestion du boulevard périphérique, compétence de la mairie de Paris.
Le boulevard périphérique est actuellement géré par la mairie de Paris qui souhaite ralentir la vitesse de circulation à 50 km/h.
Le boulevard périphérique est actuellement géré par la mairie de Paris qui souhaite ralentir la vitesse de circulation à 50 km/h. © THOMAS COEX / AFP

Le sujet paraît assez technique mais les conséquences pour les usagers pourraient être très concrètes. Le conseil d'administration d'Ile-de-France Mobilités (IDFM) a adopté ce mardi un rapport demandant à sa présidente Valérie Pécresse de réclamer à l'État le transfert des autoroutes non concédées et routes nationales de la région, ainsi que le boulevard périphérique parisien.

"Le transfert de la compétence routière de l'État en Ile-de-France à Ile-de-France Mobilités (et non à la région, ndlr) apparaît pourtant naturel au regard des compétences de l'autorité organisatrice des mobilités, notamment sa capacité à organiser l'intermodalité à l'échelle régionale et à porter les synergies entre le réseau routier et les transports en commun et les mobilités partagées", est-il indiqué dans le rapport.

Pourquoi un tel rapport a-t-il a été adopté ? Car le parlement examine actuellement le projet de loi 3DS (différenciation, décentralisation, déconcentration et simplification) qui envisage le transfert du réseau routier national aux régions.

L'autorité souhaite récupérer le périphérique parisien

Selon IDFM, les départements intéressés pourraient récupérer certaines routes nationales.

Plus polémique, le boulevard périphérique, qui appartient à la Ville de Paris, a selon IDFM vocation à rejoindre le réseau que veut gérer l'institution régionale. Valérie Pécresse (Libres!), qui préside la région Ile-de-France (et donc IDFM), a récemment proposé d'organiser un référendum sur l'avenir du boulevard périphérique, que la maire de Paris Anne Hidalgo (PS) veut transformer en un "boulevard urbain" aux caractéristiques moins autoroutières.

Pour ce faire, IDFM réclame à l'État "la garantie de disposer de ressources suffisantes" et entend notamment créer des lignes express d'autobus circulant sur les autoroutes, aménager des voies réservées et coordonner les systèmes d'information en temps réel avec le réseau des transports publics.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports urbains économie transports