Le Grand Paris de la BD

Masqué – Bienvenue à Paris Métropole tome 1&2. Le tome 2 de la tétralogie est signé Stéphane Créty et Serge Lehman. C'est un Grand Paris noir et angoissant qui est la toile de fond de cette aventure de super-héros. 


Le Grand Paris : une capitale à la mesure des grandes mégapoles mondiales. Tel est le décor que Serge Lehman et Stéphane Créty ont choisi pour dérouler les aventures d’un nouveau super-héros : l’Homme Masqué.

« Paris Métropole » : nombreux sont ceux qui en rêvent. Le Grand Paris : une capitale à la mesure des grandes mégapoles mondiales. Tel est le décor que Serge Lehman et Stéphane Créty ont choisi pour dérouler les aventures d’un nouveau super-héros : l’Homme Masqué. « We don’t need another Hero », chantait Tina Turner en 1985. Si les Etats-Unis en disposent à profusion, la France est toujours à la recherche de la cape d’un super-homme. Si Gotlib, avec Jacques Lob, avaient tenté de relever le défi en 1972 avec Super-Dupont, c’était dans une veine parodique, pas de quoi forger un nouveau mythe moderne.


Tel est donc le défi que s’est lancé Serge Lehman pour le scénario de sa tétralogie « Masqué ». Dans le premier tome toutes les bases et le contexte de la création d’un nouveau mythe sont posés.

L’histoire, c’est celle du militaire Braffort (la traduction en français d’Armstrong, une référence au héros de l’espace) qui après avoir été blessé dans une mission dans le Caucase, regagne Paris. Il découvre la capitale transformée en une métropole rétro-futuriste. Dans son dessin, Stéphane Créty inscrit la ville entre deux références, l’actuel mouvement Steam-punk, en mixant les époques et le gigantisme de l’architecture de Blade Runner, le film de Ridley Scott des années 80. Paris compte désormais dans ses arrondissements La défense, Saint-Denis, ou encore la colline de Meudon et son Observatoire, le décor d’ouverture de ce second tome.

La métropole est gérée par le préfet Bauregard, un préfet de Police inspiré de l’actualité francilienne, auquel s’oppose Michèle Caprice, le maire du premier district, Parisville, correspondant au Paris intra-muros actuel. L’histoire s’inscrit dans une contestation sociale, proche de celle des « Anonymous », augmentée par l’apparition d’anomalies, « des êtres-machines  qui s’auto-assemblent et évoluent ». Apparaît alors le super-héros : le sergent Braffort chargé d’une énergie qu’il découvre dans les entrailles de Montmartre, reprend les habits du Fantôme, le Fantômas original du feuilleton de la Belle Epoque, rendu célèbre par le cinéaste Louis Feuillade.

En deux albums, les auteurs réussissent déjà à développer une vision stupéfiante d’un Grand Paris. A la croisée de Tardi, pour la précision dessinée de la géographie des lieux, et de Bilal, pour l’imaginaire débridé, cette bande dessinée propose une approche nouvelle de notre capitale dans le choc anachronique volontaire des objets et des époques.

Reste à trouver un véritable nom à ce nouveau super héros français :« l’Homme Masqué» est un peu court. Le tome 3 à paraitre cet automne donnera peut être une réponse.

>> Masqué - tome 2 - "Le jour du fuseur" aux Editions Delcourt .
Un scénario de Serge LEHMAN sous la plume de Stéphane Créty

Pour plus d'informations : http://www.editions-delcourt.fr/special/masque/
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture bande dessinée
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter