• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Mort de Jacques Chirac : les réactions des élus franciliens

Un pin's "Paris aime Chirac" fabriqué pendant l'une des campagnes municipales de Jacques Chirac. / © France3 IDF/L.B.
Un pin's "Paris aime Chirac" fabriqué pendant l'une des campagnes municipales de Jacques Chirac. / © France3 IDF/L.B.

Pour plusieurs générations d'hommes et de femmes politiques franciliens, Jacques Chirac aura été un exemple à suivre ou un adversaire respectable.

Par L. B. (avec AFP)

Sur Internet, les réactions se sont multipliées toute la journée pour rendre hommage à l'ancien président. Des messages quasi uniquement de sympathie. "Aujourd'hui, Paris est en deuil", a ainsi déclaré Anne Hidalgo, la maire de Paris, dans un court discours retransmis en début d'après-midi sur Internet. Jacques Chirac avait été le premier maire de la capitale et l'avait dirigée pendant 18 ans. "C'était un homme dont la force et l'indépendance d'esprit donnaient la fierté à son pays, à sa ville, Paris, dont il fut le premier maire élu en 1977. C'est lui qui permit à Paris de rayonner dans le monde entier."
 

Marie-Claire Carrère-Gee, ancienne conseillère sociale puis secrétaire générale adjointe à l'Elysée pendant la présidence chiraquienne, s'est exprimée les larmes aux yeux : "Je suis bouleversée. Jacques Chirac était une personnalité hors du commun, une figure paternelle", a déclaré la nouvelle présidente du groupe Les Républicains et indépendants (LRI).

Quant à la présidente de la région Île-de-France, Valérie Pécresse, son hommage se traduit en un mot "Merci" et une image :
 
 

Hommages de tous bords

Sur Twitter, les politiques franciliens sont nombreux à louer sa "passion" et son "engagement" pour Paris et la France, à l'instar de Geoffroy Boulard, le maire (LR) du 17e arrondissement de Paris. Des politiques de tous bords, comme Mathilde Panot, députée LFI du Val-de-Marne, qui retient de lui, "par-delà les divergences politiques, un président qui fit honneur à la France en refusant de l'engager dans une aventure meurtrière aux côtés des Etats-Unis en Irak en 2003".

"Cela restera l'un des gestes marquants de sa présidence avec son discours du Vel d'Hiv au cours duquel il reconnut officiellement la responsabilité de l'Etat français dans l'arrestation de treize mille Juifs le 16 juillet 1942", poursuit, sur son blogDominique Lesparre, le maire (PCF) de Bezons (Hauts-de-Seine).
 
 

"Bébé Chirac"

Le parcours et les décisions prises par l'ancien président de la République auront aussi marqué plusieurs générations d'hommes et de femmes politiques actuelles. "Je suis un bébé Chirac au sens propre du terme", indique Robin Reda, député (LR) de l'Essonne. "Grandir dans la France du Président Jacques Chirac, c’était grandir dans un monde de menaces croissantes où l’on se sentait malgré tout protégé."
 

"Il fut à l'origine de mon engagement en politique", poursuit, de son côté, Xavier Pericat, premier adjoint au maire d'Argenteuil (Val-d'Oise). "Il incarnait les valeurs d'une France fière, forte et néanmoins humaine, proche des gens." Patrice Pinard, adjoint au maire de Clichy-la-Garenne (Hauts-de-Seine), l'assure : "Je n'ai jamais été chiraquien, mais j'ai toujours été fasciné par l'homme". "Il a accompagné mon engagement en politique", conclut Georges Mothron, le maire (LR) d'Argenteuil (Val-d'Oise).
 

Parmi les messages de condoléances, certains sont plus mesurés, rappelant la mort de Malik Oussekine en 1986, ses propos sur "le bruit et l'odeur" ou encore ses ennuis judiciaires. "Selon notre tempérament nous retirendrons de Chirac le responsable politique qui, l'un des premiers, a lancé l'alerte 'Notre maison brûle et nous regardons ailleurs' ou celui des emplois fictifs et frais de bouches à la mairie de Paris", a ainsi tweeté Jacques Boutault, maire (EELV) du 2e arrondissement de Paris.
 
  

Drapeaux en berne et hommages républicains

Les cérémonies et hommages vont se multiplier dans les prochains jours. Une minute de silence a été observée à l'Assemblée nationale, ainsi qu'au Sénat ce jeudi. À Paris, les drapeaux de tous les équipements municipaux ont été mis en berne et un écran géant a été installé sur devant l'hôtel de Ville. Enfin, lundi matin, les élus du conseil de Paris rendront un hommage à l'ancien édile, en présence notamment de Jean Tiberi, qui lui avait succédé en 1995.
 

Ailleurs en Île-de-France, certaines communes ont aussi mis en bernes leurs drapeaux, à l'instar d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Et à Poissy (Yvelines), un "hommage républicain" aura lieu ce lundi 30 à 19h devant la mairie.
 

Jacques Chirac, acteur omniprésent de quatre décennies de la vie politique française et internationale, est mort ce jeudi matin à l'âge de 86 ans. "Le président Jacques Chirac s'est éteint ce matin au milieu des siens. Paisiblement", avait annoncé Frédéric Salat-Baroux, l'époux de Claude Chirac.

A lire aussi

Sur le même sujet

Jacques Chirac au Salon de l'agriculture

Les + Lus