Pass sanitaire obligatoire, comment l'appliquer ? Le monde de la culture s'interroge

Publié le Mis à jour le
Écrit par Emmanuelle Hunzinger
Le pass sanitaire sera obligatoire dans les lieux de "culture et de loisirs" dès le mercredi 21 juillet
Le pass sanitaire sera obligatoire dans les lieux de "culture et de loisirs" dès le mercredi 21 juillet © MAPPP/ Nathalie Col

Cinémas, théâtres, parcs d’attractions... dès le 21 juillet, un pass sanitaire sera exigé pour accéder aux "lieux de loisirs et de culture". Au grand dam des professionnels.

Dès le mercredi 21 juillet, il faudra montrer patte blanche pour aller au cinéma, au théâtre, au musée, dans un parc d'attractions ou visiter un zoo. Un test covid négatif, une attestation de vaccination ou encore un test prouvant un rétablissement du Covid 19 sera exigé pour toutes les personnes de plus de 17 ans. 

Pour les 12, 17 ans, Olivier Véran, le ministre de la Santé a confirmé mardi soir sur France 2 que le pass sanitaire s'appliquera seulement à "compter du 30 août"

Jocelyn Bouyssy, directeur général du groupe CGR Cinémas, s'est dit "très en colère" au micro de France Info au lendemain de l’annonce présidentielle.

On nous envoie à l'abattoir

Jocelyn Bouyssy, directeur général CGR Cinémas

La mesure lui paraît difficilement applicable dans un délai aussi court selon lui et il s'interroge sur son application. "On va essayer de le gérer, mais nos collaborateurs ne sont pas des policiers. Quand il va avoir une dizaine de gamins qui arrivent ensemble avec un ou deux qui n'auront par leur test. Comment on va pouvoir les retenir s'ils veulent rentrer ?"

Mêmes interrogations pour Isabelle Gibbal-Hardy, Directrice du cinéma Le Grand Action à Paris et Vice-présidente de l'AFCAE, l'association Française des Cinémas Art et Essai.

Il y a un problème de calendrier

Isabelle Gibbal-Hardy, Vice-présidente de l'AFCAE

"Il y a un problème de calendrier. Cela laisse neuf jours pour s’organiser. Pour mettre en place des contrôles, il faut du personnel supplémentaire et les cinémas d’art et essai n’en n'ont pas les moyens. (...) Malgré le soutien du CNC et des collectivités territoriales, cette crise sanitaire nous a complètement laminés. Il va falloir que l’État et les collectivités territoriales nous aident à nouveau car nous ne pourrons pas financer nous-mêmes plus de personnel".

Exploitante des salles Grand Action à Paris, elle craint, avec l'obligation du pass sanitaire, de perdre, non pas le public cinéphile mais les "occasionnels", ceux pour qui le cinéma est une sortie entre amis. "Si l'un d'entre eux n'est pas vacciné, le groupe n'ira pas au cinéma", estime-t-elle.

Richard Patry, président de la Fédération nationale des cinémas français, a dit ne pas comprendre pourquoi les lieux culturels devront demander ce pass à partir du 21 juillet, alors que la mesure est repoussée à août pour les restaurants et transports de longue distance. "Le problème c'est la stigmatisation, une fois de plus, des lieux culturels, alors qu'ailleurs ce sera début août, ou mi-août. Nous nous sentons punis", a-t-il expliqué à l'AFP, soulignant qu’il n’y a pas eu un seul foyer d’infection dans les salles.

En colère également, l'Association française des parcs zoologiques, qui a annoncé son intention de faire un recours devant le Conseil d'Etat.

Nous allons saisir le Conseil d’Etat

Rodolphe Delord, Pdt Association française des parcs zoologiques

"En tout état de cause, nous allons saisir le Conseil d’Etat", a indiqué Rodolphe Delord, président de l’Association française des parcs zoologiques mardi 13 juillet sur franceinfo. "Nous ne sommes absolument pas habilités aux contrôles d’identité des visiteurs, et encore moins au pass sanitaire", a expliqué Rodolphe Delord. Il réclame au gouvernement un "délai jusqu’au 15 septembre".

Autres lieux de loisirs qui pourraient se voir imposer ce sésame sanitaire, les salles de fitness. Selon le ministère des Sports, ces salles qui ont rouvert le 9 juin devraient aussi être concernées début août.

Nous sommes prêts et je n’ai aucune inquiétude

David Mazerot, Vice-président du groupe l'Appart Fitness

"Nous nous attendons à être soumis au pass sanitaire dans nos salles. Nous avons beaucoup de personnel. A l'accueil, en commercial ou au suivi sportif donc nous n’aurons pas trop de problèmes sur le contrôle à l’entrée. D’un point de vue opérationnel, nous sommes prêts et je n’ai aucune inquiétude", explique David Mazerot, le Vice-président du groupe L'Appart Fitness.

Il sait qu'il va subir quelques pertes au niveau de sa clientèle mais il estime que c'est un moindre mal. "C’est la bonne approche pour reprendre le contrôle de l’épidémie et éviter une hypothétique nouvelle vague puis un reconfinement qui imposerait une fermeture des salles de sport", assure-t-il.

Les salles de fitness ont été fortement impactées par la crise de la Covid-19. La baisse du chiffre d’affaires entre 2019 et 2020 atteint en moyenne 41,5 %, soit au total 1 milliard d’euros de perdu, selon des chiffres cités par Le Monde, issus d’une enquête commandée par Active-FNEAPL, le syndicat national des entreprises de loisirs de plein air et indoor. 

Début août, le pass sanitaire sera étendu aux cafés, restaurants, centres commerciaux, ainsi qu'aux avions, trains, cars longs trajets et aux établissements médicaux, maisons de retraite a également annoncé lundi soir Emmanuel Macron. Cette extension doit être votée par le Parlement, réuni "en session extraordinaire à partir du 21 juillet", a-t-il annoncé. Le pass ne sera pas nécessaire pour les transports locaux, a précisé ce mardi le ministre délégué aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari.

 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.