Passe sanitaire : 200 000 Franciliens de plus de 65 ans n'ont pas reçu leur dose de rappel

Publié le Mis à jour le
Écrit par Emmanuèle Bailly
À partir de ce mercredi 15 décembre, les plus de 65 ans qui n’ont pas effectué de dose de rappel de vaccin contre le Covid-19 risquent de se faire désactiver leur passe sanitaire.
À partir de ce mercredi 15 décembre, les plus de 65 ans qui n’ont pas effectué de dose de rappel de vaccin contre le Covid-19 risquent de se faire désactiver leur passe sanitaire. © STEPHANIE PARA / MAXPPP

Pour conserver leur passe sanitaire, les Français de plus de 65 ans devaient recevoir la 3e injection avant le 15 décembre. En Ile-de-France, plus de 200.000 personnes âgées de plus de 65 ans n'ont toujours pas reçu leur rappel, indique l'agence régional de santé d'Ile-de-France (L'ARS).

"A partir du 15 décembre, il faudra justifier de l’injection d’une dose de rappel pour valider le passe sanitaire pour les plus de 65 ans", avait annoncé Emmanuel Macron le 9 novembre dernier. 

Quelques jours après, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal avait précisé sur Franceinfo que le passe sanitaire serait désactivé si la personne concernée n’avait pas reçu sa dose de rappel six mois et cinq semaines après sa dernière injection.

Un passe sanitaire désactivé signifie que le QR code de l'ancien certificat de vaccination ne sera plus valable et ne pourra plus être utilisé avec pour conséquences, l'impossibilité d'aller au musée, au théâtre ou au cinéma par exemple.

Ce mardi était donc le dernier jour pour effectuer son rappel pour les 65 ans et plus. Une vieille dame sort du centre de vaccination où elle vient d'être vaccinée contre la grippe. Elle se fait aucun souci pour son passe sanitaire "J'ai fait mon troisième rappel dès décembre car je souffre de plusieurs pathologies dont le diabète et l'hypertension, je suis à jour de mes rappels", se réjouit-elle.

Dernière piqûre de rappel avant mercredi 15 décembre

Plus d'inquiétudes pour Monsieur Aldo (le nom de famille a été modifié) dont la femme âgée de plus de 65 ans doit faire son rappel avant demain. Il est venu ce matin au centre de vaccination du XIIIe arrondissement, mais n’a pas pu obtenir de rendez-vous avant le 30 décembre. Il explique que sa femme est allée à la pharmacie tôt ce matin dès 8h30, mais qu'il n'y avait plus de créneaux pour se faire vacciner. L'homme se sent "un peu perdu", sans cette troisième dose, "les fêtes risquent d'être un peu tristes, on ne pourra même pas aller au restaurant" explique-t-il, déçu.  

Ruée dans les pharmacies

Les pharmacies du quartier Tolbiac (XIIIe) ont leurs carnets de rendez-vous pleins pour les deux prochaines semaines. Ils proposent aux personnes désireuses de se faire vacciner de s'inscrire sur liste d’attente. "Tous les jours, on a énormément de gens de plus de 65 ans qui viennent à la recherche d'un créneau de vaccination", explique la responsable d'une officine de l'avenue d’Italie.

Un peu plus loin, sur le même trottoir, le pharmacien fait le même constat. "On à peu près 20 à 30 personnes qui se déplacent ou qui téléphonent tous les jours pour prendre rendez-vous". " On a aucun créneau disponible alors on les oriente vers Doctolib pour qu’ils prennent rendez-vous en ligne", raconte un peu dépité ce pharmacien.  

Même constat pour cet autre pharmacien : "environ 50 personnes sont prévues chaque jour", explique-t-il, "et pour l’instant nous n'avons plus de créneaux de vaccination disponibles". En revanche précise le pharmacien "lorsque les personnes ont plus de 65 ans, on leur propose de repasser le soir, s'il reste des doses, on pourra les vacciner". "Il faut savoir que lorsqu’on ouvre un flacon il y a à peu près 6 à 7 doses disponibles que l’on ne peut  conserver que durant six heures." "Ce serait dommage de gâcher", ajoute-t-il.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.