Grève intersyndicale à la RATP : des stations de métro fermées à partir de 12 h

De nombreuses stations du métro de la capitale seront fermées à partir de midi ce mardi. En cause, une manifestation dans le cadre d’un mouvement de grève intersyndicale.

La ligne 9 du métro parisien sera fortement perturbée à partir de la mi-journée. Ainsi, aucun train ne circulera entre les stations Franklin D. Roosevelt et Chaussée d’Antin. Quelques stations de la ligne 1 seront également affectées. Au total six stations ne seront donc pas desservies : Alma-Marceau, St Philippe du Roule, Miromesnil, St Augustin, Havre-Caumartin, Concorde, Chaussée d'Antin La Fayette, Franklin D. Roosevelt.

Ces stations seront fermées par mesure de sécurité en prévision d’une manifestation dans le cadre d’un mouvement de grève intersyndicale. La réouverture de ces stations se fera sur ordre de la Préfecture de Police. À Paris, un cortège partira de la Place de la République à 14 heures en direction d’Opéra. "Plusieurs milliers de personnes sont attendus" dans le cadre de cette mobilisation a appris l’AFP d’une source policière. La grève concerne plusieurs organisations syndicales de la RATP et de la SNCF.

Le tramway T3 A « très perturbé »

La RATP prévoit un trafic "quasi-normal" sur le reste des lignes de transports en commun hormis sur le tramway T3 A où le trafic sera "très perturbé" selon un responsable de la régie des transports franciliens. La même source indique en outre que la circulation des bus ne devraient subir que de légères perturbations. Le trafic est interrompu toute la journée entre les stations Cité Universitaire et Porte de Vincennes. 

Les RER et les transiliens très légèrements impactés

Quelques perturbations sont à noter également sur le RER E avec 7 trains sur 10 entre Haussmann St-Lazare et Chelles Gournay et 9 trains sur 10 entre Haussmann St-Lazare et Villiers/Tournan. Sur le RER D, 3 trains sur 4 en moyenne circulent.

Du côté des Transiliens, le trafic de la ligne P est perturbé uniquement entre Meaux et La Ferté Milon. Des bus de substitution sont mis en place.

Les manifestants entendent faire entendre leur voix afin de "défendre les emplois et les salariés" et de protester contre la réforme des retraites et de l’assurance-chômage. Selon un tract de la CGT, la RATP "persévère dans la liquidation de nos conditions de travail". Enfin, le syndicat dénonce un décret gouvernemental sur "les modalités de transfert des agents RATP vers des entreprises privées à l’horizon 2024".                     

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports en commun économie transports grève social