Un haut magistrat du tribunal judiciaire de Paris mis en examen pour proxénétisme

Ce magistrat a été placé sous contrôle judiciaire. Il est soupçonné d'avoir bénéficié des revenus de sa compagne prostituée pendant leur relation. Lui s'en défend. La garde de leur enfant pourrait être au cœur de cette affaire.

Un magistrat exerçant au tribunal judiciaire de Paris est accusé de proxénétisme.
Un magistrat exerçant au tribunal judiciaire de Paris est accusé de proxénétisme. © Thomas COEX / AFP

Rarissime accusation contre un magistrat français. Un vice-président au tribunal judiciaire de Paris a été mis en examen pour proxénétisme et placé sous contrôle judiciaire, a indiqué le parquet de Nanterre ce jeudi. Une information judiciaire a été ouverte mercredi notamment pour proxénétisme, "dans le cadre d'une vie commune entre le mis en cause et la plaignante".

Cela fait suite au dépôt de plainte d'une jeune femme de nationalité gabonaise au début de l'année dernière.

Le magistrat, âgé d'une cinquantaine d'années, est ainsi accusé d'avoir bénéficié des revenus d'activité de sa compagne prostituée pendant leur relation en 2018 et 2019.


Garde d'un enfant

De leur union est né un enfant qui pourrait être au cœur de cette affaire. Lors de leur rupture, elle l'aurait menacé de porter plainte pour proxénétisme si le juge ne lui concédait pas la garde de leur enfant et ne lui payait pas un appartement argue l'avocat de ce magistrat.

"La vérité, c'est que c'est lui qui a contribué aux frais du ménage", a réagi Me Pierre de Combles de Nayves, le conseil du juge. Selon lui, il aurait même donné à cette jeune femme d'une vingtaine d'années jusqu'à 240 000 euros sur les deux années de leur relation "pour qu'elle cesse de se prostituer". Il aurait aussi financé l'achat d'une maison dans son pays d'origine selon Le Parisien.

Le juge n'a pas été suspendu de ses fonctions mais la direction des services judiciaires a été saisie pour déterminer si des sanctions disciplinaires doivent être prises.

La procédure a été dépaysée au profit du tribunal le plus proche comme il est d'usage, soit Nanterre, pour respecter le principe d'impartialité et éviter que les pairs d'un magistrat n'aient à le juger.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société faits divers