« Hello my game is… » : Invader envahit le Musée en Herbe

Publié le Mis à jour le

Le street-artiste Invader, connu pour ses mosaïques posées sur les murs des grandes métropoles mondiales, envahit le Musée en Herbe pour une exposition familiale jusqu’au 3 septembre.

Une invasion de pixels. « Hello my game is… », une exposition du street-artiste Invader, s’installe au Musée en herbe.

Après avoir posé ses « Space Invaders » partout dans le monde (des mosaïques pixélisées du jeu-vidéo), l’artiste envahit le musée situé dans le 1er arrondissement de Paris.

J-3 #hellomygameis @museeenherbe #lighting

Une photo publiée par Invader (@invaderwashere) le

Pour son nouveau terrain de jeu, le street-artiste vise les enfants et les familles. Bornes d’arcade, tableaux en Rubik’s cubes, mur de magnets… l’expo mise sur l’interactivité.

L’idée est de « jouer » avec l’un des pionniers français du street-art. Rien d’étonnant : l’œuvre d’Invader est teintée de culture gaming...

Bornes d’arcade, tableaux en Rubik’s cubes, mur de magnets…

Ses fameux « Space invaders » s’inspirent du jeu d’arcade éponyme, sorti en 1978. Des milliers de mosaïques pixellisées posées sur les murs des grandes métropoles mondiales, depuis 20 ans.

Découvert avec ses œuvres posées librement dans la rue, l’artiste a déjà été invité dans de nombreux musées et galeries, à Paris, Los Angeles, New York, Londres et Rome.

Autoproclamé « rubikcubiste » (le courant artistique s'approche du pixel-art), Invader s’institutionnalise en important ses oeuvres à l'origine dissidentes au musée, dans une exposition familiale. A l'image du mouvement street-art, dont la pratique illégale est de plus en plus morte.