"Il y a urgence" : nouvelle mobilisation des autocaristes à Paris, en difficulté face à la crise sanitaire

Les professionnels, dont le secteur est durement touché par la crise sanitaire, ont manifesté ce vendredi à Paris, à l’appel du Groupement du tourisme et des régions (GATF) et du Collectif des Autocaristes Indépendants (CAI). Ils demandent des aides supplémentaires.

La manifestation a rassemblé 130 autocars.
La manifestation a rassemblé 130 autocars. © France 3 PIDF

Une quinzaine de kilomètres en deux heures. Le Groupement du tourisme et des régions (GATF) et le Collectif des Autocaristes Indépendants (CAI) ont appelé les professionnels du secteur à se mobiliser ce vendredi.

Un défilé de 130 véhicules est parti ce matin du Cours de Vincennes vers le Champ de Mars, en passant par le périphérique via le quai d'Issy-les-Moulineaux.

De nombreuses entreprises sont actuellement en danger

Alain Roubian, chargé de communication du CAI

"Les nouveaux dispositifs d’aides ne concernent pas les autocaristes, explique Alain Roubian, chargé de communication du CAI, à France 3 Paris IDF. Un an sans activité… De nombreuses entreprises sont actuellement en danger. Les échéances bancaires des remboursements des autocars reprennent."

Dans un communiqué, le Collectif des Autocaristes Indépendants (CAI) interpelle le gouvernement. "Notre secteur d’activité du Transport Routier de Voyageurs, dépendant du tourisme, a perdu plus de 80% de chiffre d’affaires en 2020, explique le collectif. Aucun signe tangible de reprise d’activité n’est constaté depuis bientôt un an dans le secteur du tourisme. La reprise des échéances financières mensuelles des véhicules ce mois-ci risque d’être fatale à de très nombreux autocaristes."

"Des mesures complémentaires urgentes"

"Dès ce mois-ci le fonds de solidarité ne suffira plus pour assumer les remboursements des charges fixes lourdes que sont les véhicules", affirme le CAI, qui pointe du doigt un "danger réel de disparition à très court terme" pour certaines TPE et PME.

Le collectif, qui qualifie le nouveau dispositif de prêts participatifs (PPSE) présenté la semaine dernière de "nouvelle solution inadaptée qui ajoute de la dette à la dette", réclame "des mesures complémentaires urgentes" qui puissent bénéficier aux entreprises qui réalisent moins d’un million d’euros de chiffre d’affaires mensuel, sans seuil.

Extension de l’accès aux aides d’État, prise en charge les coûts fixes des transporteurs routiers de tourisme, prolongation du dispositif de prise en charge du chômage partiel à 100% "au minimum jusqu’au 31 juin"… Les autocaristes demandent une rencontre avec le gouvernement.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
manifestation économie social transports tourisme