Ile-de-France : Onze mineurs, soupçonnés d'avoir participé à 136 cambriolages, ont été interpellés

Le commissariat du XIXe arrondissement de Paris fermé pendant 48 heures à causes d'une invasion de puces. (Photo d'illustration) / © JACQUES DEMARTHON / AFP
Le commissariat du XIXe arrondissement de Paris fermé pendant 48 heures à causes d'une invasion de puces. (Photo d'illustration) / © JACQUES DEMARTHON / AFP

Ils auraient sévi dans toute la région et auraient commis pas moins de 136 cambriolages. Onze personnes, toutes mineures, ont été interpellées lors d'une importante opération de police. Ils sont poursuivis pour vols commis par effraction, vols aggravés et recel. 

Par France 3 Paris IDF / VP avec AFP

Les malfaiteurs ne sont pas majeurs mais déjà très expérimentés. Onze mineurs ont été arrêtés lors d'une vaste opération de police menée par les policiers du 20ème arrondissement. Ils sont soupçonnés d'avoir commis des cambriolages à Paris, dans les Hauts-de-Seine, le Val-de-Marne, ainsi que dans les Yvelines.

Selon le parquet de Paris, les gardes à vue ont été levées, les mineurs ont été déférés au Parquet pour être présentés à un juge d'instruction. Une information judiciaire a été ouverte pour vols commis par effraction, vols aggravés et recel. 
 

Le juge a requis un placement en détention provisoire pour 7 personnes. Quatre jeunes sont placés sous contrôle judiciaire. Deux d'entre eux sont soumis à des mesures de placement, un autre doit être conduit dans un centre éducatif fermé et le dernier s'est vu interdire de se rendre à Paris.

Cambriolages et reventes d'objets volés en moins de deux heures

Le système mis en place était manifestement bien rodé puisqu'il leur a permis de commettre au moins 136 cambriolages depuis le début de l'année. 

Ils opéraient entre 9h et 17h et cela ne prenait pas plus d'une dizaine de minutes à chaque fois.
Valérie Martineau, directrice de la sécurité de proximité de l'agglomération parisienne (DSPAP)

Pour cela ils bénéficiaient de complicités notamment pour obtenir des passes permettant d'accéder aux immeubles malgré les digicodes et interphones. Six personnes ont été interpellées. Elles travaillaient pour une société de conseil qui revendait les cartes magnétiques.
Le butin total est estimé à 500 000 euros. En effet une personne était chargée de revendre les objets volés, elle a également été arrêtée. Ce receleur était fixé à la station de métro Château Rouge. Les cambrioleurs envoyaient
une photo de leur butin, généralement des téléphones, et le receleur fixait un prix. Moins de 2 heures suffisait à revendre la marchandise.



 

Sur le même sujet

Deux paysagistes proposent une tombe-jardin plus écologique et moins chère

Les + Lus