• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Incendie de Notre-Dame : des associations craignent une forte pollution au plomb

Lors de l'incendie, 300 tonnes de plomb sont entrées en fusion. / © Ludovic MARIN / AFP
Lors de l'incendie, 300 tonnes de plomb sont entrées en fusion. / © Ludovic MARIN / AFP

Les autorités sous-estiment-elles la pollution au plomb engendré par l'incendie de Notre-Dame de Paris ? Des associations leur réclament d'agir et de lancer une campagne d'analyses.

Par MT avec AFP

Lorsque la flèche et la toiture de Notre-Dame ont brûlés, ce sont 300 tonnes de plomb qui sont entrées en fusion et ont possiblement engendré une pollution majeur sur une partie du territoire parisien.

"Il faut une campagne rigoureuse d'analyses, avec une cartographie fine et un suivi régulier", a demandé Jacky Bonnemains de l'association Robin des Bois.
Les prélèvements ne devraient pas concerner la seule île de la Cité, mais tout l'ouest de Paris, survolé par le panache, a-t-il insisté : les Tuileries, les jardins privés de l'ouest parisien, ou encore les jardins de l'Élysée, et aussi les écoles et la Seine.
 

Un risque réel ?

La veille, la préfecture de police de Paris avait publié un communiqué relevant une absence de risque en matière de qualité de l'air sur l'île de la Cité, mais une "présence ponctuelle très importante" de poussières dans les sols aux abords de la cathédrale (10 à 20 g/kg de sol, la valeur repère étant de 0,3 g/kg).

"Ce n'est pas un dépassement du seuil de vigilance, c'est une explosion !", a commenté M. Bonnemains.

Des poussières ont aussi été relevées dans des locaux administratifs donnant sur le monument, ajoutait la préfecture, qui recommande aux riverains de nettoyer leur logement avec des linges humides (surtout pas d'aspirateur).
 

Précautions accrues pour les enfants et femmes enceintes

Le plomb "ne peut avoir un impact sur la santé qu'en cas d'ingestions répétées", soulignent les pouvoirs publics, enfants et femmes enceintes étant les plus à risques de saturnisme.

"Tout plomb est mauvais, et cette pollution mérite toute notre vigilance", a dit vendredi Mady Denantes, médecin généraliste de l'Association des familles victimes du saturnisme (AFVS).
 

"Gagner du temps"

Pour ces associations, les autorités cherchent à gagner du temps : "Tout a été fait pour gagner du temps, pour que les poussières se dispersent au gré de la pluie et du vent. Or ce n'est pas une bonne chose", selon M. Bonnemains.

"Tant que ces déchets ne seront pas enlevés, et conduits dans des centres de stockage sécurisés, le site sera une source de pollution", a-t-il ajouté.

A lire aussi

Sur le même sujet

Yvelines - Avec son fils, il construit lui-même son avion

Les + Lus