• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Incendie rue Erlanger à Paris : “J'ai perdu ceux qui étaient à côté de moi”

Sarra Chiraz est une rescapée de l'incendie rue Erlanger (Paris 16e). / © France 3 Paris - Île-de-France
Sarra Chiraz est une rescapée de l'incendie rue Erlanger (Paris 16e). / © France 3 Paris - Île-de-France

Si le périmètre de sécurité a été levé, l'immeuble sinistré reste inaccessible et la reconstruction prendra plusieurs mois. Certains habitants ont tenté de récupérer quelques souvenirs, avant de se préoccuper du relogement.

Par Floriane Olivier avec MT

Entourée de ses parents, Sarra Chiraz Boukerrou revient pour la première fois sur les lieux de l'incendie. Cet après-midi, un pompier a pu accéder à son appartement au 6e étage qui a complètement brûlé. Elle tenait à récupérer un souvenir, quel qu'il soit.
Incendie rue Erlanger à Paris : Sarra Chiaz revient pour la première fois sur les lieux
Certains habitants ont tenté de récupérer quelques souvenirs, avant de se préoccuper du relogement. - France 3 Paris - Île-de-France - Floriane Olivier, Gilles Bezou, Mohammed Chekkoumy et Pierre-Marie Noublanche

Il n'y avait plus rien, il a cru reconnaître une vitre de téléphone mais tout chez moi est calciné.

"C'est un livre de contes que j'avais ramené d'Alger, un souvenir de ma tante qu'elle m'avait donné. Un livre avec des dessins de Victor Hugo, je suis très friande d'histoire. C'est ce qu'il me reste. Il n'y avait que des vêtements brûlés, il n'a pas voulu me les ramener pour pas que je me vois dedans. Il n'y avait plus rien, il a cru reconnaître une vitre de téléphone mais tout chez moi est calciné."
 

"C'étaient mes amis, une famille"

À peine trois jours après le drame, son émotion est encore vive. "J'ai perdu mes voisins, j'ai perdu ceux qui étaient à côté de moi, c'étaient mes amis, une famille. On ne s'en rend pas compte mais il y en avait certains avec qui on avait tissé des vrais liens."

J'ai perdu mes voisins, j'ai perdu ceux qui étaient à côté de moi, c'étaient mes amis, une famille.

Parmi ses voisins disparus, une amie à elle, Radia, une jeune architecte. "C'était une femme formidable. J'espère que de là où elle est, elle nous regarde et qu'elle nous envoie sa force. Elle ne méritait pas de mourir comme ça."
 

L'inconnue du relogement

Pour Sarra Chiraz comme pour les autres rescapés se pose maintenant la question du relogement à long terme. "Pour le moment, on a tous une semaine à l'hôtel, et après on ne sait pas ce qui va advenir de nous, sachant que la plupart d'entre nous était étudiant, que l'on ne gagne pas des mille et des cents. Pour être relogé, cela risque vraiment d'être un soucis."

On a tous une semaine à l'hôtel, et après on ne sait pas ce qui va advenir de nous.

Ce vendredi, la jeune femme a rendez-vous à la préfecture pour obtenir un nouveau passeport et titre de séjour. Dans cette épreuve elle peut compter sur ses parents venus d'Alger pour être auprès d'elle.

Le témoignage de Claire, rescapée de l'incendie rue Erlanger.

A lire aussi

Sur le même sujet

Alexia Cassar est devenue spécialiste du tatouage de tétons

Les + Lus

Les + Partagés