L’Insoumise Danielle Simonnet propose sa candidature à la mairie de Paris, contre « la logique d'attractivité »

Danielle Simonnet (LFI) et Jean-Luc Mélenchon, place de la République en 2017. / © BERTRAND GUAY / AFP
Danielle Simonnet (LFI) et Jean-Luc Mélenchon, place de la République en 2017. / © BERTRAND GUAY / AFP

Danielle Simonnet, élue d'opposition LFI au Conseil de Paris, propose sa candidature pour la mairie de Paris à la tête d'un collectif citoyen. L’Insoumise annonce vouloir « rompre avec la logique d'attractivité » de la capitale, promue d’après elle par ses adversaires.

Par France 3 Paris IDF /AFP

L’annonce, qui ne faisait certes pas de doute, est tombée au lendemain de celle du macroniste Cédric Villani (LREM) en dissidence de Benjamin Griveaux : l’Insoumise Danielle Simonnet a proposé sa candidature pour la mairie de Paris, jeudi lors d’une conférence de presse organisée près de l’Hôtel de Ville.
« Le feuilleton Griveaux-Villani prouve que tout est ouvert dans cette municipale, personne ne peut prédire l'issue du scrutin », estime d’ailleurs l’élue parisienne, la seule d’opposition à gauche. En vue des élections de mars 2020, la conseillère municipale partira sans les communistes et EELV, membres de la majorité sortante d'Anne Hidalgo.
« Que ce soit Villani, Griveaux, Hidalgo, ils sont tous d'accord sur la politique d'attractivité, ils vont poursuivre la logique qui favorise la spéculation et les lobbys », dénonce Danielle Simonnet, qui pointe le phénomène de « gentrification, de bétonnisation et de privatisation ».

RIC, réquisition des logements vides, blocage des loyers, préservation des espaces verts…

« Paris doit rayonner, aspirer les moyens financiers, les touristes, les créations d'emploi, peu importe qu'ils rejettent toujours plus loin ceux qui doivent bosser à Paris, les pompiers, employés, caissiers, femmes de chambre », analyse l’élue, décrivant la position généralement défendue par ses concurrents, selon elle.

La coordinatrice du Parti de gauche, composante fondatrice de LFI, se pose ainsi en « seule liste en rupture » ? Côté programme, Danielle Simonnet propose plusieurs mesures : la pratique locale du Référendum d'initiative citoyenne (RIC) très populaire chez les gilets jaunes, la réquisition des logements vides, le blocage des loyers, la préservation des espaces verts en pleine terre, ou encore le remplacement d'une place de stationnement sur deux par un arbre et les transports gratuits.
La conseillère municipale compte se présenter en binôme avec Claudio Pulgar Pinaud, militant associatif franco-chilien pour le « droit à la ville ». Ce dernier met notamment en avant les exemples de Berlin et Vienne, où les municipalités mènent des politiques offensives de développement des logements sociaux.

La candidature de Danielle Simonnet doit encore être validée, dans les prochaines semaines, par l'appareil de LFI ainsi que par une « assemblée des communs ». L’Insoumise n'a par ailleurs pas souhaité préciser les soutiens citoyens et associatifs reçus dans le cadre de son appel « Décidons nous-mêmes ».
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Le bracelet anti-rapprochement pour lutter contre les violences conjugales

Les + Lus