INTERVIEW. Voyage à Tahiti d'Anne Hidalgo : "qui a payé le déplacement ?", une association anticorruption dépose plainte

Plus sur le thème :

L'association AC !! Anti-Corruption a porté plainte contre X pour détournement de fonds publics après le voyage en octobre en Polynésie de la maire de Paris Anne Hidalgo, au cœur d'une polémique et raillée par l'opposition. Son président, Marcel Claude répond nos questions.

Dans sa plainte déposée mardi auprès du parquet de Paris, l'association AC !! Anti-Corruption questionne le "but affiché" du déplacement, qui était de "vérifier les installations de surf, dans le cadre des JO 2024" qui se tiendront du 26 juillet au 11 août.

"De graves indices concordants tendent à laisser penser que Madame Anne HIDALGO et les autres participants au voyage, ont usé d’un prétexte public pour financer un voyage d’agrément en Polynésie, donc sur les deniers publics", souligne la plainte que nous avons pu consulter.

Marcel Claude, le président de l'association AC !! Anticorruption répond à nos questions.

Pourquoi votre association a déposé cette plainte contre X ?

Nous avons des lanceurs d'alerte qui nous ont contactés. D'autre part, il y a eu des articles de presse dans le Canard Enchaîné et Libération. On a vu avec notre service juridique et notre avocat. En fait, on est très très surpris. Mme Hiddalgo fait de la communication sur ce qu'elle fait en permanence sur son site et là, il n'y a aucune communication ( .. ). D'habitude, quand un voyage est fait par n’importe quel élu, il y a une communication qui est adressée avec un emploi du temps assez chargé et qui est expliqué avec des photos et là on s'aperçoit qu'il n'y a rien.( .. ) Deuxièmement, on a appris qu'elle avait remboursé son billet d'avion retour et ça, ça nous surprend.

La commission de déontologie de la Ville de Paris a estimé que ce voyage "était régulier sur le plan déontologique". Qu'en pensez-vous ?

Vous savez, la commission de déontologie honnêtement... Ils sont recrutés par qui ? Ils sont généralement recrutés par le maire. La commission a parlé - du voyage - après, pas avant. D'autre part, j'aimerais bien, mais ce n'est mon travail, que vous regardiez d'un peu plus près qui est dans cette commission. Donc ce n'est pas ça - l'avis de la commission- qui nous arrête. On a d'autres dossiers dans d'autres départements sur d'autres choses où les déontologues n'ont pas toujours la science infuse. De toute manière, c'est à la justice de se prononcer et pas aux déontologues qui sont, d'une certaine manière, employés par la mairie.

Qu'attendez-vous de l'enquête suite à votre plainte contre X ?

Lors de ce voyage en Polynésie, "beaucoup de monde a accompagné la maire de Paris. Elle "n'a pas été toute seule, loin de là. D'après nos informations, il y avait cinq personnes. D'où notre plainte contre X, on veut savoir si les gens ont payé leurs billets d'avion, si c'est la mairie qui a payé et ce qu'ils ont fait sur place. Ça, ce sont aux enquêteurs de le dire parce qu'on parle ici d'argent public. Et puis, on aimerait bien savoir si les articles dans la presse sont dans la véracité, si elle a été là-bas à des fins personnelles et si c'est à des fins personnels, une bonne partie des frais" - de ce voyage - "aurait dû être prise à son compte. C'est l'enquête qui va nous le dire".

"Une accusation sans fondement" selon la mairie

Dans un communiqué, la mairie de Paris a pris acte du dépôt de plainte et a indiqué se tenir "à la disposition de la justice pour fournir tous les éléments nécessaires à la manifestation de la vérité. Ils permettront de démontrer une accusation sans le moindre fondement".

Le 6 novembre, la mairie avait "déjà largement détaillé les éléments de ce voyage, concernant l'intérêt pour la Ville, le programme et le coût. Contrairement à ce qu'indique l'association, reprenant une information erronée parue dans la presse, la visite du site de compétition n'était qu'une étape parmi d'autres dans ce déplacement", ajoute le communiqué. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité