JO de Paris 2024 : les taxis volants suspendus à un feu vert ministériel

Plus sur le thème :

Depuis mai, une barge a pris ses quartiers sur la Seine en face à la Cité de la Mode à Paris. C'est là que doivent décoller des taxis volants électriques pendant les Jeux olympiques, vitrines revendiquées d'une aviation décarbonée, toujours en attente d'un feu vert ministériel

A moins de sept semaines des JO, des ouvriers s'activent quai d'Austerlitz, dans le XIIIe arrondissement, pour mettre en service une plateforme flottante de 760 m2, où doivent décoller et atterrir à la verticale des taxis volants, censés incarner le virage vert de l'industrie aéronautique.

Cet aéronef à deux places, dont celle du pilote, est équipé de batteries alimentant 18 rotors disposés en couronne au-dessus du cockpit. Le but est de profiter des JO pour démontrer la faisabilité d'un nouveau mode de transport en zone urbaine dense, du moins sur le papier. 

"Une première mondiale"


En Ile-de-France, quatre sites appelés "vertiports" sont prêts, notamment à l'aéroport Paris-Roissy et au Bourget. La ligne parisienne, dont l'expérimentation serait "une première mondiale", relierait le quai d'Austerlitz à l'héliport d'Issy-les-Moulineaux en survolant la Seine vers l'est, puis le périphérique sud. 
Depuis 2021, des tests sont par ailleurs menés à l'aéroport de Pontoise-Cormeilles-en-Vexin (Val-d'Oise).

Les obstacles s'accumulent

Pour ce projet, ADP s'est associé à la région Ile-de-France, qui a mobilisé 1,5 million d'euros, et à la start-up allemande Volocopter qui fabrique le "Volocity". Dans un marché commercial encore balbutiant, la start-up a frôlé la faillite au printemps, selon son PDG Dirk Hoke, tandis que les obstacles s'accumulent depuis un an sur l'expérimentation parisienne.

En septembre, l'Autorité environnementale a jugé l'étude d'impact "incomplète" sur le plan de l'évaluation des nuisances sonores, de la consommation d'énergie ou des émissions de gaz à effet de serre.  En février, le commissaire enquêteur a lui estimé que l'expérimentation "ne présentait pas d'intérêt a priori", si elle reste centrée sur des vols commerciaux.

Quant aux élus parisiens, ils se sont prononcés contre, tous groupes politiques confondus, en dénonçant un "projet absurde" et une "aberration écologique". "C'est du greenwashing à l'état pur, un mode de déplacement fait pour des ultra-privilégiés pressés, puisqu'il n'y aura qu'une place pour un passager", a assuré à l'AFP Dan Lert, adjoint EELV à la Transition écologique, voyant la barge d'Austerlitz comme un "passage en force"."On a des émissions de gaz à effet de serre 45 fois supérieures à un trajet en métro", ajoute-t-il, observant également que "les atterrissages d'urgence sont impossibles à Paris". La présidente LR de l'Ile-de-France Valérie Pécresse y voit toutefois un projet d'avenir, appelant fin mai à "ne pas revenir à la bougie".

En attente du feu vert ministériel


Face aux critiques, le groupe ADP répond que l'installation de la barge ne préjuge pas d'une éventuelle autorisation et rappelle que l'expérimentation prendra fin en décembre. La barge sera par ailleurs déplacée à Charenton-le-Pont (Val-de-Marne) pour le bon déroulement de la cérémonie d'ouverture des JO.
Alors que les porteurs du projet ambitionnaient de transporter une clientèle payante pendant les JO, l'absence de certification de l'Agence européenne de sécurité aérienne, désormais attendue à l'automne, les oblige pourtant à se replier sur des vols de démonstration gratuits. Malgré le saut d'obstacles, les promoteurs du Volocity tablent toujours sur des passagers payants "avant la fin de l'année". 

Pour les JO, ils mettent désormais l'accent sur les usages sanitaires, notamment le transport de greffons, mais un feu vert du ministère des Transports reste nécessaire, dans un contexte politique tendu. "Une décision ne sera prise par le ministre que si toutes les conditions de sécurité sont réunies", a déclaré le ministère, sollicité par l'AFP.

Rassemblement d'opposants le 21 juin

Forts d'une pétition qui a recueilli quelque 15.500 signatures, les opposants fourbissent leurs armes. Le collectif des "Taxis-volants non merci" a écrit mardi au ministre des Transports pour lui demander de "stopper ce non-sens" et appelle à un rassemblement  le 21 juin quai d'Austerlitz.

L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Paris Ile-de-France
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité