JO de Paris 2024 : "La fermeture longue durée de la station Concorde risque d’avoir un fort impact sur le réseau de métro"

Plus sur le thème :

Dès vendredi 17 mai, l'arrêt Concorde ne sera plus desservi sur la ligne 12. À partir de la mi-juin, et jusqu’en septembre, toutes les correspondances seront fermées. Des dispositifs qui inquiètent l’association d’usagers des transports FNAUT Île-de-France.

Si les JO ne débutent que le 26 juillet, les difficultés commencent dès maintenant pour certains usagers du métro parisien. Dans le cadre de l’organisation des Jeux, la station Concorde ne sera plus desservie sur la ligne 12 dès ce vendredi 17 mai. Et dès le 17 juin, tous les accès de la station - qui concerne aussi les lignes 1 et 8 - seront fermés et les correspondances seront impossibles.

Autres stations touchées par une fermeture longue durée : Tuileries (ligne 1), inaccessible dès le 17 juin ; et Champs-Elysées Clémenceau (lignes 1 et 13), dès le 1er juillet. Comme Concorde, ces stations ne rouvriront que le 22 septembre.

"La fermeture longue durée de la station Concorde risque d’avoir un fort impact sur le réseau, et ce dès les mois de mai et juin alors qu’il y a encore beaucoup de monde qui utilise le métro", alerte Marc Pélissier, président de l’association d’usagers des transports FNAUT Île-de-France. "Concrètement, la correspondance entre les lignes 1 et 12, qui ne sera plus possible, touche un axe Nord-Sud et un axe Est-Ouest. Des dizaines de milliers d’usagers devront trouver un trajet plus long, et plus chargé", explique-t-il.

"On a alerté la RATP mais apparemment, il n’y a plus d’espoir que le dispositif soit remis en cause car les sorties sont dans le périmètre du site olympique. Mais on se demande tout de même s’il n’y a pas la possibilité de maintenir les correspondances. On nous dit que c’est impossible pour des raisons de sécurité", raconte Marc Pélissier.

"Installation des infrastructures olympiques" et "mesure de sécurité"

Contactée, la RATP indique que "l’installation des infrastructures olympiques de Paris 2024 nécessite la fermeture d’un accès de la station Concorde sur la ligne 12 dès le 17 mai" et que "la fermeture de ce dernier ne permet plus l’évacuation en toute sécurité de nos voyageurs en cas d’incident, les délais d’évacuation devenant trop long".

"Par conséquent, nous ne desservons plus la station via la ligne 12 ; Néanmoins, afin de maintenir la desserte de la station par les lignes 1 et 8, des agents de station seront positionnés pour maintenir une bonne gestion des flux et orienter les voyageurs", poursuit la Régie.

Pour ce qui est de la fermeture totale des accès de la station et des correspondances dès le 17 juin, "le périmètre olympique s’accroît", explique la RATP, qui précise que la réouverture de Concorde ne sera possible qu’après le démontage de "toutes les infrastructures olympiques". La Régie rappelle que les stations inaccessibles pendant les Jeux "sont fermées à la demande de la préfecture de police", "par mesure de sécurité, ces dernières se situant dans le périmètre de sécurité défini", comme c’est le cas pour Concorde.

La RATP précise que la fermeture de la station Tuileries, "qui n’est pas dans le périmètre de sécurité", "est une conséquence de la fermeture de la station Concorde". "La station Tuileries est trop petite pour accueillir en toute sécurité les flux de voyageurs de Concorde en plus des siens", indique la Régie.

"Un manque de concertation"

Du côté de la FNAUT Île-de-France, Marc Pélissier alerte aussi sur les conséquences de la fermeture de Champs-Elysées Clémenceau. "Pour cette station, on a encore un peu d’espoir parce qu’un accès principal est situé hors périmètre olympique. Cette fermeture est très longue, et la correspondance entre les lignes 1 et 13 concerne encore un axe Nord-Sud et un axe Est-Ouest", détaille-t-il.

"En fermant cette station en plus de Concorde, on oblige les gens à faire de gros détours, ce sont les axes naturels pour les correspondances", poursuit Marc Pélissier. Il pointe aussi du doigt un risque d’engorgement pour la ligne 9, "déjà très chargée, et qui sera très sollicitée pendant les Jeux avec le Parc des Princes et Roland-Garros".

Préfecture de police, Paris 2024, RATP, Île-de-France Mobilités (IDFM)… Le président de la FNAUT Île-de-France déplore également "un manque de concertation concernant ces stations avec une fermeture longue durée". Marc Pélissier alerte aussi sur "l’impact de l’organisation des Jeux sur la voirie avec de nouvelles lignes de bus déviées ou coupées dès le 17 mai".

"La quasi-totalité des lignes vont être impactées en raison des JO. Ces contraintes sur les voitures et les bus rendent d’autant plus important le fait de maintenir le réseau de métro aussi complet que possible", souligne-t-il.

L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité