JO de Paris 2024 : Les forains amputés d'un mois de chiffre d'affaires, "financièrement, ce sera une catastrophe"

durée de la vidéo : 00h01mn44s
Reportage de Meryl Loisel, Aude Blacher et Annaëlle Blanchard ©France 3 PIDF

Les Jeux olympiques vont impacter la foire du Trône. La célèbre fête foraine commencera plus tôt cette année et durera moins longtemps. Une annonce qui provoque la colère des forains qui dénoncent un manque à gagner important.

Sur la pelouse de Reuilly, dans le 12e arrondissement, les forains commencent à s'installer mais cette année le cœur n'est pas trop à la fête car la foire du Trône va durer seulement un mois au lieu des deux habituels.

Une période trop courte pour être rentable selon les professionnels car amputée du mois de mai et des jours fériés financièrement intéressants. La perte est estimée à plusieurs millions d'euros : "C'est la plus grosse fête foraine de France. Les forains, lorsqu'ils viennent à la foire du Trône, généralement, ils font 50% de leur chiffre d'affaires de l'année. Ça leur permet surtout de payer leurs assurances, leurs impôts et après, le restant de l'année, ils travaillent pour eux. Cette année, financièrement, ce sera une catastrophe pour les 250 forains de la foire du Trône", assure Louis Joubert, président de la foire du Trône.

Fin avril, les manèges devront laisser place à un camp de 5 000 militaires pour sécuriser les Jeux olympiques et paralympiques. Les forains, eux, espèrent au moins pouvoir travailler le 1er mai, ce qui n'est pas prévu actuellement.

Les festivals dans la tourmente

Des inquiétudes pèsent aussi sur les établissements flottants parisiens et sur d'autres grands évènements parisiens.

"Des festivals sont impactés, ils ne savent pas s'ils vont pouvoir avoir les services d'ordre suffisants. Ils ne savent pas si les forces de l'ordre pourront être mobilisées parce qu'elles sont déjà surmobilisées pendant les JO. Parfois, leurs préfets leur demandent de ne pas se tenir ou de déplacer leurs dates donc c'est une inquiétude qui est à la fois locale, à l'échelle de Paris mais aussi nationale", explique Laurent Decès, directeur délégué Petit Bain et président du syndicat des musiques actuelles.

Rock en Seine et Solidays auront lieu comme prévu cet été mais le festival Lollapalooza n'a toujours pas annoncé de dates pour son édition 2024.