JO de Paris 2024. Une épidémie de dengue est-elle à craindre pendant les jeux ?

Plus sur le thème :

Une explosion de cas de dengue a été recensée en France et en Île-de-France depuis le début de l'année. Le virus est transmis par le moustique tigre. L'afflux de touristes cet été peut-il avoir des conséquences ?

Depuis le 1er janvier, déjà 1 679 cas de cas de dengue ont été comptés en France métropolitaine. C'est plus de 10 fois plus que le nombre de cas total sur l'année 2023. De quoi inquiéter les autorités qui se préparent à une flambée de cas dans les prochains mois.

Le directeur général de la Santé, le Dr Grégory Emery, a évoqué, lors d'une conférence de presse le 23 avril, "une situation inédite".

Car ce virus, qui touche particulièrement l'Île-de-France, est transmis exclusivement par le moustique tigre, de plus en plus présent sur le territoire de France métropolitaine. "Les femelles pondent à peu près entre 50 et 200 œufs tous les 2 jours. La population se développe et augmente au fil des semaines et des mois jusqu'au mois de novembre à peu près avec l'augmentation des températures", indique Sylvie Manguin, spécialiste des maladies infectieuses et directrice de recherche à l'Institut de recherche pour le développement (IRD) à l'université de Montpellier.

Efficacité des vaccins limitée

La dengue provoque des symptômes de type grippal (fièvre, maux de tête, courbatures). Ils apparaissent dans les 3 à 14 jours suivant la piqûre. Le virus a une forme le plus souvent bénigne, qui peut évoluer, dans environ 1% des cas, vers une forme plus grave.

La grande majorité des cas de dengue importés en métropole sont de retour des Antilles françaises. Mais l'Organisation panaméricaine de la santé (OPS) a prévenu que l'Amérique latine et les Caraïbes devaient s'attendre à la pire saison de dengue jamais enregistrée, alimentée par le phénomène climatique El Niño.

"Si pendant cet été, il y a des épidémies de dengue à l'extérieur comme on peut le prévoir, avec les JO, on aura des cas importés à une saison où le moustique tigre sera en activité", abonde Anna-Bella Failloux, responsable de l’unité Arbovirus et Insectes Vecteurs à l’Institut Pasteur.

Trois vaccins existent bien pour lutter contre la dengue dont un qui vient d'être mis sur le marché français et qui est administré en une dose unique. "Avec la dengue, il n'y a pas de traitements et les vaccins ont une efficacité limitée", ajoute-t-elle, alors que "la situation de la dengue ne fait que s'aggraver dans le monde et dans les territoires ultra-marins".

D'autres virus transmis par le moustique tigre

Le moustique tigre ne transmet pas que la dengue. "En France métropolitaine, le moustique tigre transmet une vingtaine de virus pathogènes. Chez l'Homme, les plus connus sont la dengue, le virus du chikungunya, le virus du zika", explique Sylvie Manguin qui appelle à "une prise de conscience collective pour diminuer les densités de moustiques".

Coupelles de bacs à fleurs, gamelles pour animaux domestiques : toute eau stagnante peu servir de nid aux moustiques qui y pondent des larves.

Par ailleurs, il est important de consulter un médecin en cas de symptômes grippaux l'été car si la personne est positive à la dengue, des entomologistes viennent pulvériser un insecticide dans la zone où la personne a été contaminée.

"Une chose très importante aussi est que pendant les quelques jours où elle déclare de la fièvre, il faut qu'elle dorme sous moustiquaire. Cela évite aux moustiques de venir piquer la personne qui le virus de la dengue dans le sang et de contaminer le moustique qui lui-même contaminerait des personnes autour", rappelle Sylvie Manguin.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité