La crue de la Seine est "habituelle pour la saison"

Le niveau de la Seine devrait atteindre les 3m20 dans les prochains jours. Un niveau élevé mais pas inquiétant selon un spécialiste. Plusieurs barrages retiennent l'eau des différents affluents de la Seine en amont de la région parisienne.

Des pistes cyclables fermées à certains endroits car recouvertes d'eau, la Seine qui approche du sommet des ponts : les Franciliens voient le niveau du fleuve augmenter doucement mais sûrement.

Et depuis mercredi, la Seine a été placée en vigilance jaune selon Vigicrues. Mais selon Pierre-Jakez Le Dirach, chef d'unité de prévision des crues des inondations à la DRIEAT, "la crue que l'on vit actuellement reste habituelle pour la saison. Ce n'est pas une crue qui est inquiétante."

Et de poursuivre : "on est bien en deçà des crues de 2016 et de 2018 et cela ne devrait pas arriver dans les semaines qui viennent. On ne devrait pas dépasser les 3m20, 3m25 vraiment grand maximum a priori dans les 72 prochaines heures."

Des barrages pour réguler les crues

Ces crues saisonnières sont dues à de longs épisodes de pluie qui se situent en amont du bassin de la Seine. "Le bassin-versant de l'Yonne dans le Morvan a été bien arrosé, de même que les têtes de bassin sur la Marne, sur le Loing, sur la Seine et sur l'Aube. C'est la résultante de toutes ces pluies qui ont généré des ondes de crue dans les rivières. À chacune des confluences, cela s'additionne, il y a tous les affluents de la Seine et de la Marne en amont qui ont aussi participé et contribué à apporter de l'eau", poursuit Pierre-Jakez Le Dirach.

Par ailleurs, quatre importants barrages-réservoirs se situent sur les quatre plus grosses rivières du bassin (l'Yonne, la Seine, l'Aube et la Marne). Ces ouvrages permettent de réguler l'afflux d'eau en amont de la Seine et d'éviter de nombreuses inondations.

"La chance qu'on a, c'est qu'il n'y a pas de précipitations prévues dans les prochains jours. On est plutôt dans ce que les médias appellent 'une patate anticyclonique' (un puissant anticyclone Ndlr). C'est très bien pour laisser passer la crue", avance le spécialiste.

Les crues plus importantes, comme celle de 2016, s'expliquent par de nombreux facteurs : un front stationnaire appelé "goutte froide" ou des sols gelés qui empêchent l'absorption de la pluie.

Restrictions fluviales

Mais cette crue à une incidence réelle pour la circulation fluviale. Dès que le niveau de la Seine dépasse les 1m 60 au niveau du pont d'Austerlitz, des mesures de restriction de circulation sont mises en place. Les bateaux de plus de 105 mètres sont interdits de naviguer entre le pont de Sully et celui de Bir Hakeim et les demi-tours sont interdits pour les bateaux de plus de 40 mètres.

Par ailleurs, "certains ponts sont plus bas que d'autres et forcément certains bateaux ne passent pas", indique Voies Navigables de France (VNF).